L'informateur débute sa mission lundi

Le président de la N-VA Bart De Wever débute lundi sa mission d'information, a indiqué vendredi son porte-parole. Vendredi et ce week-end, il passera du temps à préparer ses entretiens et à régler quelques détails pratiques. L'informateur s'installera à la présidence de la Chambre, au 10 rue de la Loi.

Bart De Wever a accepté jeudi une mission d'information que lui a confiée le roi.

Il entend mener cette mission en toute discrétion.

Elle pourrait durer deux ou trois semaines, a-t-on appris par ailleurs.

Bart De Wever examinera à cette échéance, sur base des contacts qu'il aura eus, si une nouvelle phase est possible en vue de la formation du gouvernement.

Le président de la N-VA compte s'entretenir avec les représentants politiques, socio-économiques et associatifs les plus importants.

Il s'agira pour lui de prendre connaissance de leur vision pour appréhender les problèmes financiers auxquels est confronté le pays, à propos de la réalisation de réformes institutionnelles et le renforcement du tissu socio-économique.

PS: la priorité est la stabilité

Elio Di Rupo, le président du PS, a réagi par communiqué à la désignation de Bart De Wever comme informateur. Il "salue la volonté de Bart De Wever de prendre ses responsabilités et d’entamer des consultations rapidement et dans la discrétion", rappelant que "la priorité des priorités pour le PS est de garantir la stabilité de notre pays".


Le CD&V a également brièvement réagi à désignation de Bart De Wever en tant qu’informateur.

"Le CD&V juge positif le fait que le vainqueur des élections a accepté cette mission.

Le CD&V sera constructif et collaborera pleinement à la recherche de solutions pour les défis auxquels le pays doit faire face" , dit un communiqué du parti.

SP.A: le Palais n'a pas de tabou

Pour la présidente du SP.A, Caroline Gennez, la nomination du président de la N-VA au poste d'informateur est "un signal important du Palais".

La présidente socialiste qualifie de "logique" le choix du roi en faveur de Bart De Wever, car il est président d'un des plus importants partis du pays.

Mais elle remarque également qu'il s'agit d'un signal important du Palais.

Le fait que le Roi envoie sur le terrain un nationaliste flamand montre que le Palais n'a "pas de tabou".

Caroline Gennez se réjouit que l'informateur veuille que sa mission soit courte.

Elle remarque qu'il peut mieux utiliser son temps pour créer une confiance, "surtout sur la frontière linguistique".

Dans un premier temps, il est important qu'il "montre sa volonté d'apporter des compromis", a-t-elle souligné.

Concernant la future coalition, la présidente du SP.A remarque que les programmes de son parti et de la N-VA sont "loin les uns des autres", mais souligne que cela n'a pas été un obstacle au gouvernement flamand.