“Les négociations ne peuvent s'éterniser”

Près d’une semaine après les élections législatives en Belgique, le président de l’Union européenne, Herman Van Rompuy, estime que les négociations pour la formation d’un nouveau gouvernement fédéral ne devraient pas durer trop longtemps. Il met en garde que dans le cas contraire, la situation pourrait faire naître des doutes sur la stabilité de la Belgique. Doutes des observateurs étrangers, mais aussi des marchés financiers, notamment.

L’ancien Premier ministre belge Herman Van Rompuy exprimait ses craintes lors de l’émission « De Keien van Europa » diffusée ce vendredi soir par la télévision publique flamande VRT.

Selon le président de l’Union européenne, des craintes se sont à nouveau élevées à l’étranger, à l’issue des élections du 13 juin, au sujet de l’avenir de la Belgique. « A l’heure actuelle, cela va encore », affirmait Herman Van Rompuy, « mais nous ne pouvons pas nous permettre une longue période de crise gouvernementale, sinon les questions vont commencer à se multiplier ».

Et Van Rompuy de souligner que les négociations pour la formation d’un nouveau gouvernement fédéral ne peuvent pas non plus distraire de la nécessité de prendre des mesures budgétaires et économiques pour les prochaines années.

« Nous avons besoin d’un gouvernement stable, parce que l’Europe nous observe d’un œil sévère, et les marchés financiers en font de même », concluait le président de l’Union européenne.