Albert II ne prononcera pas de discours en RDC

Le roi Albert II ne fera "aucune déclaration publique" durant les quatre jours qu'il passera la semaine prochaine en République démocratique du Congo (RDC) mais il s'entretiendra avec le président Joseph Kabila peu après son arrivée lundi après-midi et visitera, tout comme la reine Paola, différents sites ayant un lien avec la Belgique.

Le souverain rencontrera aussi mercredi après-midi à Kinshasa le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, en visite en RDC dans le cadre d'une tournée régionale pour discuter de l'avenir de l'importante mission de maintien de la paix onusienne dans l'ex-Zaïre, dont le président Kabila souhaite le départ d'ici fin 2011.

Le Premier ministre Yves Leterme, qui assumera la responsabilité politique de cette visite du souverain à l'occasion du 50ème annniversaire de l'indépendance de l'ex-Congo belge, s'entretiendra pour sa part mardi matin son homologue congolais, Adolphe Muzito, selon le programme de la visite diffusé mercredi.

Il n'y aura pas de discours du roi, ni en principe d'aucun des chefs d'Etat étrangers participant aux commémorations de ce cinquantenaire.

C'est une commémoration des Congolais

Le seul discours prévu est celui que Joseph Kabila prononcera le mardi 29 juin en soirée devant ses invités lors d'un dîner de gala à la Cité de l'Union africaine, à la veille du défilé constituant le point fort de cet anniversaire.

"C'est une commémoration des Congolais", a-t-on indiqué aux Affaires étrangères pour expliquer l'absence de discours du roi, qui ne sera qu'un des chefs d'Etat présents, dont principalement plusieurs présidents africains.

Patrimoine belge au Congo

De mardi à jeudi, les souverains visiteront, ensemble ou séparément, les écoles belges de Kinshasa - le lycée prince de Liège et la Prins van Luikschool -, le chantier naval de l'entreprise belge Chanic, l'Institut national de préparation professionnelle (INPP), le projet "Music Fund" à l'Institut national des Arts et le centre hospitalier Roi Baudouin 1er (CHRB) à Masina, dans la banlieue de la capitale, où ils inaugureront un buste du défunt souverain et assisteront à la pose de "la première pierre virtuelle" de la nouvelle maternité.

Un communiqué du Premier ministre, publié mercredi à l'issue du Conseil des ministres restreint,  précise que les entretiens que le roi Albert II et le Premier ministre Yves Leterme (CD&V) auront la semaine prochaine avec leurs homologues congolais, le président Joseph Kabila et le chef du gouvernement, Adolphe Muzito, se dérouleront "entre deux partenaires égaux et souverains. Ces entretiens (...) prendront place dans un dialogue franc, ouvert et constructif, conforme à la déclaration de janvier 2009" qui a marqué la normalisation des relations belgo-congolaises après une énième crise diplomatique."

"Le roi pouvait aller plus loin"

Les organisations non gouvernementales réagissent avec déception au programme officiel du roi en RDC, écrit le quotidien De Morgen, ce jeudi. Les ONG's espéraient que le roi aurait au moins fait allusion à la situation intolérable dans le pays" a déclaré Pol De Greve de Broederlijk Delen.

"Nous estimons que le roi pouvait aller plus loin et ne pas uniquement prendre part aux festivités, sans pour cela provoquer d'incident diplomatique" ajoute Pol De Breve.

Selon le ministre des Affaires étrangères Steven Vanackere (CD&V), "le fait que le roi ne prononce pas de discours n'empêchera pas Albert II d'exprimer la préoccupation de la Belgique lors d'entretiens privés".