"Le juge d’instruction est libre et indépendant"

Hier, les dossiers de la Commission pour le traitement d’abus sexuels dans le cadre d’une relation pastorale ont été saisis par les enquêteurs, une saisie contraire aux dispositions prises avec la justice, estime le président de cette Commission. Le ministre sortant de la Justice insiste de son côté sur l’indépendance du juge d’instruction.

S'il se déclare "surpris" par les perquisitions effectuées hier dans les milieux de l'Eglise catholique belge, le ministre démissionnaire de la Justice, Stefaan De Clerck, insiste sur l'indépendance du juge d'instruction.

Celui-ci "n'est pas lié" par l'accord conclu entre le ministère public et la commission qui traite des abus sexuels au sein de l'Eglise, a dit M. De Clerck. "Cet accord n'affecte pas son indépendance. Il doit faire ce qu'il juge nécessaire. C'est sa liberté et sa responsabilité. S'il est d'avis que des perquisitions sont nécessaires, il peut prendre cette décision", a rappelé le ministre de la Justice.

Stefaan De Clerck réagissait aux déclarations de Peter Adriaenssens (photo), le président de la commission pour le traitement des plaintes pour abus sexuel dans une relation pastorale, qui s'est déclaré choqué par la saisie de nombreux dossiers traités au sein de cette instance. Cette saisie constitue selon lui une atteinte sérieuse à la vie privée de ceux qui s'étaient livrés en toute confiance à la commission.

Interrogé par VRT vendredi matin, M. De Clerck s'est par ailleurs montré favorable à l'idée d'une commission d'enquête parlementaire sur les abus sexuels, émise par le même Peter Adriaenssens. "Cela peut être une initiative utile et positive", a-t-il indiqué.

Aucun dossier caché n’a été trouvé

Les perquisitions menées au siège de l’archevêché de Malines-Bruxelles ont pris fin hier soir. Si les enquêteurs ont emporté une grande quantité de matériel pour analyse, aucun dossier caché n’a été retrouvé.

Une source avait informé le parquet de Bruxelles de l’existence d’une cachette secrète au sein du palais archiépiscopal et qui contenait des documents.

Hier, les enquêteurs ont également mené des perquisitions au domicile du cardinal Danneels et à la cathédrale Saint-Rombaut de Malines. Ils y ont détruit la tombe d’un archevêque à l’aide de marteaux-piqueurs et de molettes. Aucun espace caché n’a été découvert.