En attendant le partenaire idéal, elles font congeler leurs ovocytes

De plus en plus de femmes célibataires se font congeler leurs ovocytes, non pas pour des raisons médicales mais parce qu’elles désirent attendre d’avoir trouvé le partenaire idéal pour être enceinte. Voilà ce que révèle une enquête de l’UZ Brussel, l’hôpital universitaire néerlandophone de Bruxelles.

L’UZ Brussel effectue depuis 20 ans des recherches sur la congélation des ovocytes et des tissus ovariens.

Cette technique est à présent au point.

Depuis plus d’un an, des ovocytes sont congelés à l’UZ Brussel pour des patientes devant subir de la chimiothérapie et qui désirent conservent leurs ovocytes pour plus tard.

Mais il arrive de plus en plus que de telles congélations se fassent pour des raisons autres que médicales, ce qu’on appelle le "social freezing".

"Ce sont des femmes qui avouent ne pas encore avoir trouvé le partenaire idéal mais qui désirent conserver leur fertilité durant plusieurs années" déclare la psychologue Julie Nekkebroeck.

Une enquête réalisée par l’hôpital révèle que 3% des femmes sont demandeuses d’une telle congélation. 30% envisageraient de le faire.

Douze femmes ont déjà eu recours à cette intervention en Belgique.

Un acte qui leur a coûté 3.000 euros et qui n’est pas remboursé par la mutuelle.

Selon le Dr Dominic Stoop, la technique s’est beaucoup améliorée au cours des dernières années.

La survie des ovocytes a augmenté et nous obtenons de plus en plus de grossesses.

Selon la législation actuelle, les femmes belges peuvent bénéficier d’une implantation d’ovocytes jusqu’à leur 47 ans.