"La Belgique a laissé passer une opportunité"

Si le Premier ministre démissionnaire Yves Leterme (CD&V) a exprimé sa satisfaction sur son voyage au Congo, le commissaire européen Karel De Gucht (Open VLD) a estimé que la Belgique avait laissé passer une opportunité d’y délivrer un message.

Le jour-même où le pays fêtait le cinquantième anniversaire de son indépendance , Karel De Gucht a réitéré, mercredi, sur le plateau de Terzake, ses critiques sur la corruption et le manque de gouvernance qui touchent la République démocratique du Congo.

"Tout le monde sait que la corruption est extrême en Afrique, et certainement aussi en RDC. Et la corruption débute toujours au sommet", a affirmé Karel De Gucht.

"Mais ce pays souffre également d'un manque de gouvernance. Il y a de grandes parties du monde où la corruption est présente mais où une économie peut quand même être bâtie. C'est ce qui manque en RDC car il n'existe pas de gouvernance", a ajouté l'ancien ministre des Affaires étrangères.

Selon ce dernier, le Roi aurait par ailleurs dû faire une déclaration publique lors de sa visite.

"Pas un discours cinglant. Mais un discours qui aurait été un soutien pour les Congolais", a poursuivi Karel De Gucht.

Le commissaire européen a enfin dit espérer que la communauté internationale exercera une pression nécessaire à l'occasion des élections prévues l'an prochain.

En 2008, Karel de Gucht avait déjà suscité l'ire de Kinshasa après des propos à répétition sur la corruption en RDC.

En mai de cette année-là, le gouvernement congolais avait décidé de rappeler son ambassadeur en Belgique et de fermer les consulats belges de Lubumbashi (Katanga) et de Bukavu (Sud-Kivu, est).