Reynders et Di Rupo sans commentaires

L’informateur et président de la N-VA, Bart De Wever, a achevé ses dernières rencontres avec les présidents de parti. Ce matin, il a reçu les présidents du MR et du PS, Didier Reynders et Elio Di Rupo. Les deux hommes n’ont rien dévoilé sur leur entretien.

Hier, les présidents de Groen !, d’Ecolo, du cdH, de l’Open VLD, du SP.A et du CD&V ont rendu visite à l’informateur.

Les libéraux de l’Open VLD ont une nouvelle fois indiquer qu’ils ne participeraient pas à un gouvernement qui envisage l’augmentation des impôts. Le SP.A désire de son côté que les négociations gouvernementales se déroulent rapidement, alors que le CD&V a rajouté un certain nombre d’exigences concernant la politique d’asile et de migration, en échange de leur entrée dans une coalition.

C’était aujourd’hui au tour d’Elio Di Rupo et de Didier Reynders de discuter avec l’informateur. Le président du MR n’a fait que peu de déclarations. Il a uniquement indiquer qu’il était prêt à entrer dans le gouvernement sur base de propositions concrètes. Reynders veut ainsi réaliser une réforme de l’Etat équilibrée et désire amener de l’ordre dans les finances de l’Etat.

Elio Di Rupo a ensuite été reçu par Bart De Wever. Les deux hommes formeront sans doute l’axe principal du prochain gouvernement. Le président du PS n’a toutefois fait aucun commentaire à sa sortie.

Quels partis dans la prochaine coalition ?

Ce sera sans doute Elio Di Rupo qui devra choisir ses partenaires francophones du prochain gouvernement. Reste à savoir s’il optera pour le cdH et Ecolo, avec lesquels son parti forme déjà une coalition en Wallonie et à Bruxelles, ou s’il demandera au MR d’entrer en jeu.

De son côté, Bart De Wever a également ses préférences concernant les partenaires francophones de coalition. Si le MR a le désavantage d’avoir le FDF d’Olivier Maingain dans ses rangs, le programme socio-économique de Reynders n’en reste pas moins le plus proche de celui de la N-VA.

L’informateur a conscience qu’un gouvernement formé par le PS, le cdH et Ecolo d’un côté, et le SP.A le CD&V et la N-VA de l’autre, sera dépeint comme un "gouvernement syndical". Des décisions difficiles devront donc encore être prises.

A suivre...

Ce vendredi, Bart De Wever doit faire un rapport intérimaire au roi Albert II, rentré hier du Congo. Il devra ensuite finaliser son rapport définitif au cours du week-end pour le présenter au plus tard mercredi. L’informateur fera alors une proposition de coalition et exposera les grandes lignes de l’accord gouvernemental.

La suite reste encore vague. D’aucuns pensent qu’une deuxième tournée d’information sera nécessaire. D’autres estiment que Bart De Wever passera directement le flambeau à Elio Di Rupo, qui devra dès lors endosser le rôle de formateur et entamer les réelles négociations.