Danneels entendu comme témoin

Le cardinal Godfried Danneels, ancien primat de Belgique a rejoint mardi, vers 9h40, les locaux de la police judiciaire fédérale à Bruxelles, square Victoria-Regina, pour y être entendu comme témoin. Par ailleurs, le quotidien Het Laatste Nieuws annonce que des documents concernant l’affaire Dutroux ont été trouvés lors des perquisitions au palais épiscopal de Malines.

Le cardinal Godfried Danneels est entendu par la police judiciaire de Bruxelles dans le cadre des faits de pédophilie dénoncés au sein de l'Eglise catholique de Belgique. Les enquêteurs s'interrogent sur le fait de savoir s'il était au courant des faits qui ont été dénoncés par plusieurs victimes.

L'Eglise a été secouée fin avril, lors de la démission de l'Evêque de Bruges, Mgr Roger Vangheluwe, qui a reconnu avoir abusé sexuellement, pendant plusieurs années, d'un jeune garçon.

L'ancien primat de Belgique Godfried Danneels avait déclaré à l'époque qu'il n'avait été averti des faits, par l'Evêque lui-même, que début avril.

Il avait reconnu qu'il aurait peut-être dû réagir mais avait expliqué qu'il avait "simplement voulu rendre service à l'Evêque et sa famille".

"Rendre service à des personnes en détresse et qui vous demandent de l'aide ne peut être considéré comme une faute ou une tentative de cacher la vérité", avait déclaré Mgr Danneels.

Ses propos étaient en contradiction avec ceux du père Rik Devillé, coresponsable jusqu'en juillet 2009 des paroisses de Buizingen et de Lot, qui avait expliqué lui avoir signalé les faits dans les années 90 mais qu'il n'avait pas obtenu de réponse à sa demande.

Selon le quotidien Het Laatste Nieuws, le parquet de Bruxelles aurait trouvé lors des perquisitions à l'archevêché de Malines des documents dont il se demande comment ils sont arrivés là.

Il s'agit entre autres des exhumations et des corps de Julie et Melissa, tout comme des documents concernant de la pédophilie qui n'étaient destinés qu'à la justice, écrit Het Laatste Nieuws mardi.

Pièces judiciaires confidentielles

Ces pièces judiciaires confidentielles ont été retrouvées ces derniers jours dans les nombreux documents saisis le 24 juin au palais épiscopal de Malines. Il s'agit de rapports entre magistrats, qui n'étaient destinés qu'à la justice et certainement pas à l'Eglise.

C'est la même chose pour des centaines de photos de l'affaire Dutroux et de larges pans du dossier judiciaire de Julie et Melissa. Les enquêteurs ont trouvé des dizaines de photos des exhumations des deux dépouilles et des photos des corps, selon le journal.

La justice veut également faire la lumière sur l'échange de courrier sur des dossiers secrets, brûlés, de pédophilie.

Eric de Beukelaer demande la prudence

Le porte-parole des Evêques, Eric de Beukelaer, est surpris par la révélation faite mardi par Het Laatste Nieuws.

"Nous ne savons rien de ces dossiers. Nous nous demandons d'où viennent ces informations", a-t-il remarqué, précisant que, lors des auditions qui ont suivi les perquisitions, personne n'a fait état de ces documents.

"J'ai moi-même été entendu et on ne m'a pas du tout interrogé sur ces documents. L'archevêché est énorme. Beaucoup de documents ont été envoyés mais je ne sais rien sur ceux-ci. Il faut être très prudent", a conclu Eric de Beukelaer.

Marc Dutroux

Marc Dutroux a été condamné en juin 2004 à la prison à perpétuité pour plusieurs viols et meurtres d'enfants commis dans les années 1990.

Julie Lejeune et Mélissa Russo sont les deux victimes les plus connues de Marc Dutroux. Elles avaient disparu à Grâce-Hollogne le 24 juin 1995. Leurs corps a été retrouvé plus d'un an plus tard dans le jardin de Marc Dutroux à Sar-la-Buissière.