Bourgeois et Muyters redevenus ministres

Les deux ministres membres de la N-VA ont prêté serment ce mercredi au Parlement flamand et ont ainsi retrouvé leurs compétences. Geert Bourgeois et Philippe Muyters ont cependant été la cible de vives critiques de l’opposition pour avoir démissionné lundi de leur poste au gouvernement régional afin de pouvoir prêter serment mardi au Parlement fédéral, où ils ont été élus le 13 juin et où ils se font maintenant remplacer.

Geert Bourgeois (N-VA) et Philippe Muyters (N-VA) ont à nouveau prêté serment, ce mercredi, au Parlement flamand et ainsi retrouvé leurs compétences respectives de vice-ministre président et ministre flamand du Tourisme et de l’Intérieur et de ministre du Budget et des Finances, du Travail et du Sport.

Lundi, les deux ministres nationalistes avaient démissionné de leurs fonctions au sein du gouvernement flamand, afin de pouvoir prêter serment ce mardi au Parlement fédéral, où ils ont été élus aux législatives du 13 juin et où ils se sont immédiatement fait remplacer.

Ce mercredi, au Parlement flamand, tant les partenaires de la majorité que de l’opposition ont exprimé de vives critiques à l’encontre de cette manœuvre politique. « Du jamais vu », « éhonté », « risible » ou « théâtre de marionnettes » sont les termes qui ont été utilisés. La classe politique flamande reproche notamment à la N-VA, qui a l’habitude de donner des leçons lorsqu’il s’agit de défendre l’intérêt flamand, de s’être jouée des institutions flamandes en laissant ses deux ministres prendre leur siège au Parlement fédéral, pour des raisons stratégiques.

Le ministre-président Kris Peeters (CD&V) a également estimé que ce carrousel représentait « une affaire regrettable pour le parlement et pour la politique en général ». Le chef du groupe CD&V Ludwig Caluwé a, quant à lui, estimé que la manœuvre avait même « un moment ébranlé la confiance » au sein de la majorité.

Le chef de groupe N-VA Kris Van Dijck a rappelé que la manœuvre dénoncée avait été utilisée précédemment par les autres formations politiques et que lorsque Geert Bourgeois avait déposé des textes pour empêcher légalement ce type de carrousel, il ne s’était trouvé personne pour les soutenir.

Dans l’opposition, le chef de groupe des libéraux flamands, Sven Gatz, a estimé qu’on avait « atteint le fond », tandis que le nouveau président de la Liste Dedecker, Lode Vereeck, a rebaptisé la N-VA en « Nieuw-Vlaamse Arrivisten ».

Lorsqu’à la suite du débat au Parlement flamand, Geert Bourgeois et Philippe Muyters ont prêté serment (photo), les membres des partis d’opposition Vlaams Belang, Liste Dedecker, Groen ! et Open VLD ont quitté l’hémicycle en signe de protestation.

Quatre nouveaux parlementaires flamands

Au Parlement flamand, quatre nouveaux députés ont également prêté serment ce mercredi. Il s’agit de trois socialistes et d’un membre de la N-VA. Ils entrent dans l’hémicycle flamand en tant que suppléants de collègues de partis qui ont été élus au Parlement fédéral.

Ainsi, la présidente du SP.A, Caroline Gennez, est élue à la Chambre et est remplacée au Parlement flamand par Steve D’Hulster. Le départ de Peter Vanvelthoven et Frank Vandenbroucke vers le niveau fédéral entraîne l’arrivée au Parlement flamand de Ludo Sannen (photo) et d’Else De Wachter.

A la N-VA, Sophie De Wit passe du Parlement flamand à la Chambre. Elle est remplacée dans l’hémicycle flamand par Goedele Vermeiren.