L’informateur a terminé sa mission ce jeudi

Bart De Wever (N-VA) est arrivé vers 16h00 chez le Roi pour lui remettre son rapport final écrit. Il a ensuite donné une brève conférence de presse pour présenter les conclusions politiques de sa mission, entamée le 21 juin dernier. Albert II a accepté de décharger l'informateur de sa mission et devra maintenant désigner un successeur en vue de la formation d’un nouveau gouvernement fédéral.

Ce n’est finalement pas à 13h00, comme annoncé précédemment, mais à 16h00 que l’informateur s'est rendu chez le Roi ce jeudi pour lui présenter le rapport final de la mission qu’il a menée pendant près de trois semaines.

Bart De Wever s’était fixé trois questions auxquelles il voulait trouver réponse pendant sa mission : y a-t-il une réelle volonté de mener à bien une réforme de l’Etat ?, comment réaliser des économies ? et comment relancer l’économie belge ?

L’informateur voulait également savoir s’il y a suffisamment de points communs entre la Nieuw-Vlaamse Alliantie et le parti socialiste francophone, les deux grands vainqueurs du scrutin fédéral du 13 juin, et quels autres partis politiques entrent en ligne de compte pour former la nouvelle coalition fédérale.

Après son audience chez le Roi, le Palais a annoncé qu'Albert II a accepté de décharger Bart De Wever de sa mission, comme l'informateur le lui avait demandé.

Bart De Wever a ensuite fait une brève déclaration à la presse en fin de journée pour présenter les conclusions politiques de son rapport final. Il a ainsi affirmé avoir pu constater que les personnes qu'il a consultées dans une quarantaine d'entretiens étaient d'accord sur la nécessité d'un assainissement budgétaire et d'une 6e réforme de l'Etat.

Bart De Wever estime que les partis appelés à former un prochain gouvernement ont des avis convergents, mais pas encore suffisamment convergents que pour former directement une nouvelle coalition. Il affirme avoir recommandé au Roi d'élargir maintenant le débat sur ces convergences.

L’informateur souhaite néanmoins rester discret "pour donner toute sa chance à la prochaine phase de négociations ". Selon De Wever, le Roi devrait lui désigner rapidement un successeur.