Di Rupo reçoit une mission de préformation

Le roi Albert II a reçu jeudi soir, pendant près de 3 heures, le président du parti socialiste francophone et l’a investi d’une « mission de préformation » du gouvernement. Elio Di Rupo (photo) a accepté cette mission, qu’il explicitera ce vendredi matin au cours d’une conférence de presse. Dans l’après-midi, l’informateur Bart De Wever avait indiqué au Roi avoir constaté des points de convergence entre les différents partis appelés à former une nouvelle coalition, mais estimé que ces convergences n’étaient pas encore suffisantes pour former immédiatement un nouveau gouvernement.

Jeudi après-midi, Albert II avait reçu au château de Laeken l’informateur Bart De Wever (N-VA, photo), qui était venu lui remettre son rapport final écrit et les conclusions politiques de la mission qu’il a menée pendant près de trois semaines. A la demande de l’intéressé, le souverain avait ensuite déchargé De Wever de sa mission d’information en vue de la formation d’un nouveau gouvernement fédéral.

Estimant sa mission accomplie, l’informateur avait ensuite indiqué à la presse avoir pu constater, au cours des nombreux entretiens qu’il avait eu avec des acteurs de la vie politique et économique du pays notamment, qu’il existe effectivement des points de convergence sur les trois volets qu’il juge essentiels en vue de la formation d’une nouvelle coalition, à savoir le budget, le socio-économique et l’institutionnel (notamment une 6e réforme de l’Etat).

Bart De Wever estime cependant que les convergences ne sont pas encore assez larges que pour pouvoir former immédiatement un nouveau gouvernement. Il avait donc conseillé au Roi de prendre des initiatives permettant d’approfondir la phase de recherche de convergences. L’informateur déclarait également penser qu’Albert II lui nommerait rapidement un successeur.

Cette nomination tombait effectivement en fin de soirée, jeudi. Au terme d’une audience de près de 3 heures au château de Laeken, Albert II chargeait Elio Di Rupo, le président du PS (grand vainqueur des élections du 13 juin en Wallonie), d’une mission de préformation. Il devra préparer la voie pour les véritables négociations de formation.

Il semble également vraisemblable que Di Rupo se succède ensuite à lui-même, pour mener ces négociations de formation d’une nouvelle coalition.