Di Rupo: "Parler de coalition est prématuré"

Le préformateur Elio Di Rupo a souligné vendredi dans un communiqué qu'à ce stade, seul des idées sont analysées de manière très détaillée et les négociations ne commenceront que dans la phase de formation.

Il ajoute par ailleurs qu'il est encore trop tôt pour parler d'une coalition.

Enfin, Elio Di Rupo en appelle à la discrétion de toutes les parties pour ne pas handicaper les discussions.

"Afin d'éviter toute interprétation erronée de la mission de préformation, Elio Di Rupo tient à indiquer qu'à ce stade, seules des idées sont analysées de manière très détaillée", dit-il dans un communiqué diffusé vendredi.

"La volonté commune des responsables politiques associés à la phase de préformation est d'examiner, mesure par mesure, les conséquences réelles de chaque mesure étudiée pour les Flamands, les Bruxellois, les Wallons ou encore les Germanophones", ajoute-t-il.
Selon Elio Di Rupo, "les négociations ne pourront commencer que dans une phase de formation. La phase de préformation a justement pour objectif de comprendre et, si possible, de rapprocher les projets et propositions qui sont souvent diamétralement opposés".
"Quant aux partis prenant part aux échanges d'idées, Elio Di Rupo estime qu'il est encore trop tôt pour parler d'une coalition. Ce n'est qu'au terme de la phase de préformation qu'il sera possible de déterminer les types de coalitions capables, d'une part, de réussir une réforme de l'Etat dans une dynamique de gouvernance institutionnelle et, d'autre part, de mettre sur pied un gouvernement de législature capable d'assumer l'énorme responsabilité d'élaborer un budget de l'État en équilibre pour 2015", précise encore le communiqué.

Elio Di Rupo, comme Bart De Wever, insistent sur la nécessité de discrétion de toutes les parties. Les premières convergences constatées durant la phase d'information ne pourront en effet être élargies durant la phase de préformation qu'à condition que chacun puisse s'exprimer librement sans que cela ne soit l'objet de fuites polémiques. La discrétion de toutes les parties constitue donc la meilleure garantie de pouvoir entamer la phase de formation dans de bonnes conditions, conclut le communiqué.(Belga)