Les banques belges résistent aux tests

Toutes les grandes banques actives dans notre pays ont réussi les tests de résistance de l’Union européenne. Au total, 91 banques européennes ont été testées afin de définir leur chance de survivre sans soutien supplémentaire en cas de nouvelle grande crise économique.

Les principales banques belges ayant passé les tests de résistance sont KBC et Dexia, ainsi que les filiales des banques néerlandaise ING et française BNP Paribas Fortis. Toutes ont réussi l’épreuve haut la main.

Ces dernières années, la KBC, Dexia et ING sont parvenus à renforcer leur capital. De son côté, la Banque Fortis a été sauvée par l’intervention de BNP Paribas qui a relativement bien supporté la crise.

Le ministre belge des Finances Didier Reynders s'est réjoui de la transparence de la communication des tests de résistance des banques européennes.

Concernant plus particulièrement les deux banques belges KBC et Dexia, M. Reynders a jugé qu'elles s'en sortaient "très bien" et a rappelé l'importance de poursuivre l'effort qui les permettra de sortir du soutien public.

Sept banques recalées

Sur les 91 banques européennes, 7 ont échoué aux tests de résistance censés vérifier leur solidité financière. Elles devront dès lors proposer un plan de renforcement de leur situation financière.

Il s'agit de l'allemande Hypo Real Estate, des caisses d'épargne espagnoles Diada, Cajasur, Espiga, Unnim et Banca Civica, ainsi que de la grecque ATE (Agricultural bank of Grece).

Par comparaison, 10 des 19 banques américaines testées début 2009 n'avaient pu franchir l'obstacle.