Enquête sur le décès du bijoutier

Les causes du décès du gérant de la bijouterie qui a fait l’objet d’une attaque hier n’ont pas encore été établies avec précision. L’homme, un Français âgé de 60 ans, a été trouvé ligoté et bâillonné. Les enquêteurs ignorent encore le mobile du ou des auteurs. Le parquet n'est pas en mesure de révéler si un butin a été emporté.

Le gérant de la bijouterie retrouvé mort après le hold-up commis hier vers midi, rue du Midi à Bruxelles, est un ressortissant français âgé de 60 ans. Son corps a été trouvé ligoté. Les causes de son décès n'ont pas encore été établies avec précision.

Des traces de lésions sur le crâne et la joue gauche ont été constatées par le médecin légiste. Le corps de la victime a également été trouvé ligoté au niveau des jambes et des poignets.

Sa bouche était également recouverte. Il pourrait être décédé par suffocation ou des suites des coups portés à son encontre. Dominique Legros pourrait également être mort d'une attaque cardiaque.

Pas de mobile apparent

Les enquêteurs ignoraient samedi soir le mobile du ou des auteurs de l'attaque meurtrière. Le parquet n'est pas en mesure de révéler si un butin a été emporté.

L'arrière-boutique de la bijouterie était en désordre lorsqu'une cliente a découvert, vers 12h15, le corps du propriétaire de l'établissement. Les étalages avaient une apparence normale. La bijouterie, spécialisée dans l'achat et la vente de bijoux d'occasion et d'or, possédait un système de sécurité conforme.

Des caméras du magasin voisin ont filmé les allées et venues pendant les faits. Ces images, "exploitables" selon le substitut du procureur du Roi de Bruxelles, Eric Dehon, doivent encore être analysées. Une autopsie est par ailleurs prévue dans les plus brefs délais.

La police ne possède aucun élément sur le ou les auteurs. Les enquêteurs ont procédé à quelques auditions de témoins dont on attend les résultats.