La drogue acoustique i-dosing est-elle nocive?

Le docteur Mireille Vergucht, de la Plateforme Flamande Contre la Drogue, s’inquiète dans plusieurs quotidiens flamands des dangers de l’i-dosing, une drogue digitale acoustique qui, lorsqu’elle est écoutée, provoque une sensation d’euphorie.

"Il s’agit d’une drogue légale, mais je crois en ce qu’on appelle la théorie du Stepping stone : la consommation d’une drogue douce facilite le passage à la drogue dure", prévient Mireille Vergucht.

L’Association flamande pour les problèmes d’Alcool et autres drogues (VAD) souligne de son côté qu’il n’existe pas encore d’étude prouvant qu’une expérience musicale mène à la consommation de drogue. "On sait que la recherche d’une euphorie musicale et la drogue peuvent aller de pair, mais il n’est pas clair que la musique puisse être la cause d’une consommation de drogue", explique Frieda Matthys de la VAD.

La musique i-dosing est constituée d’un son électronique composé d’un battement binaural, créé en faisant jouer une onde sonore différente d’une oreille à l’autre pour créer l’illusion d’un rythme. Munis d’écouteur, l’auditeur rentrerait dès lors en transe.

Sur YouTube, on peut retrouver de nombreuses vidéos d’adolescents devenant euphoriques pendant des sessions de musique. Celles-ci sont téléchargées en doses baptisées i-doser. Ce véritable marketing est fondé sur la possibilité d’atteindre certains effets, portant souvent des noms de drogues supposées créer des sensations hallucinogènes, stimulantes, diététiques ou apaisantes.

L’influence de ces sons sur le cerveau n’a toutefois jamais été officiellement démontrée. De nombreux scientifiques évoquent même un effet placébo.