Quand le Belge se fait du soucis

Quand un Belge se fait du soucis, c’est principalement concernant son travail. C’est ce qui ressort notamment d’une étude réalisée par GFK Academy. Le bureau a interrogé un millier de Belges ainsi que d’autres européens.

Il semble toutefois que le Belge s’inquiète moins pour son travail que les autres Européens. Ils ne sont que 35% à en perdre le sommeil. En Allemagne ce chiffre s’élève à 66%, et monte même jusqu’à 74% pour les Espagnols.

Par rapport à l’année dernière, on serait toutefois deux fois plus inquiets quant à l’immigration et la criminalité. Les sentiments de peur seraient principalement réveillés par l’attention médiatique sur les grands braquages ou encore les évasions.

Quant à l’immigration, les inquiétudes seraient liées à une sensation de mauvaise gestion de la politique d’asile.