Obama participera à un sommet avec l'UE

Le président de l'Union européenne Herman Van Rompuy et le président de la Commission européenne José Manuel Barroso rencontreront le président américain Barack Obama à Lisbonne le 20 novembre, immédiatement après le sommet de l'Otan.

Les présidents Van Rompuy et Barroso se réjouissent de cette occasion de se réunir à nouveau avec le président Obama pour réaffirmer l'ordre du jour transatlantique et poursuivre la coopération américano-européenne sur des questions d'intérêt commun", indiquent les dirigeants dans un communiqué publié à Bruxelles.

Obama va participer à un sommet avec les dirigeants de l'Union européenne le 20 novembre à Lisbonne, a annoncé mardi la Maison Blanche.

Un sommet de l'Otan était déjà prévu de longue date à Lisbonne les 19 et 20 novembre.

Un précédent sommet entre les Etats-Unis et l'UE, qui était prévu fin mai à Madrid, avait été annulé après le refus de Barak. Obama d'y participer.

"A la suite d'une invitation des dirigeants européens, les deux parties ont marqué leur accord sur une date et un lieu leur convenant mutuellement pour le sommet UE/Etats-Unis et vont maintenant s'atteler aux préparatifs du sommet", a indiqué l'UE dans son communiqué.

"L'Union européenne et les Etats-Unis travaillent ensemble à travers le monde pour faire avancer un programme commun fondé sur une histoire, une culture et des valeurs communes", rappelle l'UE.

"La relation transatlantique est unique dans son ampleur et sa profondeur et comprend un engagement à faire progresser les idéaux de démocratie et des droits de l'homme, la lutte contre le terrorisme, et prévenir la prolifération des armes de destruction massive", souligne le texte publié à Bruxelles.

"La relation transatlantique est vitale pour la prospérité mondiale, et les deux parties se sont engagées à coopérer en vue de promouvoir la croissance et l'emploi dans leurs économies", ajoute le communiqué.

Depuis que Barack Obama a décliné l'invitation au sommet UE-Etats-Unis de mai, le doute s'était installé côté européen, où nombre de responsables ont le sentiment que Washington regarde davantage aujourd'hui vers l'Asie que l'Europe.

Chacun à Bruxelles garde en mémoire la conférence sur le climat à Copenhague en décembre, où M. Obama avait préféré négocier directement avec la Chine et l'Inde un accord a minima, laissant l'UE sur le côté.

"Nous avons besoin l'un de l'autre plus que jamais"

L'absence du président Obama à Berlin en novembre dernier aux commémorations des 20 ans de la chute du Mur n'est pas non plus passée inaperçue dans l'UE. Pas plus que son peu d'intérêt apparent pour le précédent sommet UE/Etats-Unis à l'automne à Washington.

En mai dernier, le vice-président américain Joe Biden s'était déplacé à Bruxelles pour tenter de rassurer les Européens.

"L'administration Obama-Biden ne nourrit aucun doute quant au besoin d'une Union européenne forte et active. Nous sommes favorables à cette UE qui est essentielle à la prospérité américaine et à la sécurité à long terme. N'ayez pas le moindre doute à ce sujet", avait affirmé M. Biden devant le Parlement européen.

"Les Etats-Unis ont besoin de l'Europe et, avec tout le respect que je vous dois, je vous dis: l'Europe a besoin des Etats-Unis, nous avons besoin l'un de l'autre plus que jamais", avait-il ajouté. (d’après AFP)