Réactions positives des partis flamands

La N-VA et le CD&V espèrent que le débat sur la responsabilisation des Régions pourra être poursuivi et comptent pour cela sur la volonté des partis francophones. Pour Caroline Gennez (sp.a) "il est important que la réforme de l'Etat soit le résultat d'un compromis équilibré".

Le président de la N-VA, Bart De Wever, a fait part mercredi soir de son espoir que la prolongation de la mission du préformateur Elio Di Rupo "crée l'opportunité de continuer le débat concernant plus d'autonomie pour les entités fédérées, ainsi (que) d'entamer en parallèle un débat concernant la responsabilité financière et la responsabilisation des entités fédérées".

De Wever compte sur la volonté des partis francophones

"La N-VA espère que, parmi les partis francophones, il existe une volonté pour s'engager fondamentalement dans ce débat vital", poursuit Bart De Wever dans un communiqué.

Son collège du CD&V Wouter Beke (photo) estime pour sa part que de nombreuses avancées ont été obtenues en matière d’homogénéité des compétences.

A présent il faut leur accorder plus de responsabilités et de financement.

La déclaration d’Elio Di Rupo selon laquelle une réforme de l’Etat ne peut appauvrir personne prouve la nécessité d’une responsabilisation des Régions.

"Compromis équilibré"

Il est important que la réforme de l'Etat soit le résultat d'un compromis équilibré, estime la présidente du sp.a, Caroline Gennez.

Cela signifie à ses yeux que la solidarité interpersonnelle, la sécurité sociale et les droits dont jouissent les citoyens demeurent fédéraux mais aussi que les entités fédérées disposent des instruments pour exercer leurs responsabilités dans leurs compétences et soient sanctionnées ou gratifiées pour la politique qu'elles mènent.

Sur ce point, la présidente des socialistes flamands a proposé un mécanisme de bonus-malus en matière de politique de l'emploi, ainsi que de corriger des anomalies qui rendent peu transparents les transferts financiers.

"Si ces deux volets sont en équilibre, nous arriverons à une réforme de l'Etat équilibrée", a-t-elle ajouté