"L'objectif reste l’indépendance de la Flandre"

Quelque 5.000 nationalistes flamands radicaux se sont rassemblées samedi à Ypres, à l'ombre du monument des frères Van Raemdonk, pour l'Ijzerwake (Veillée de l'Yser).

Il y a près de 10 ans, la frange radicale du mouvement flamand s’est dissociée des cérémonies du pèlerinage de l’Yser (Ijzerbedevaart) qui aura lieu la semaine prochaine au pied de la Tour de l’Yser à Diksmude.

Le président, Wim De Wit, a évoqué l'actualité politique marquée par les discussions institutionnelles.
"Jamais encore autant de Flamands n'ont voté pour un parti parti radical, national-flamand. Une Flandre indépendante doit constituer plus que jamais l'objectif à atteindre", a-t-il déclaré.

Selon lui, une responsabilité écrasante pèse sur les épaules de Bart De Wever et des négociateurs flamands. Wim De Wit a plaidé pour une révision en profondeur de la loi de financement. "Si ce n'est pas possible, il ne restera qu'une conclusion: arrêtez la comédie et scindez le machin. Point final", a-t-il déclaré.

L'orateur invité était le juriste et polémiste conservateur Matthias Storme, qui a insisté sur l'importance d'une Flandre indépendante dans une Europe unie. Tant que la Flandre n'est qu'une entité fédérée de la Belgique, elle n'existe pas aux yeux de l'Europe et ne peut défendre ses intérêts, a-t-il affirmé.