Danneels voulait-il protéger Vangheluwe ?

Les quotidiens flamands De Standaard et Het Nieuwsblad publient ce samedi le contenu d’enregistrements réalisés, par l’homme qui dans son enfance et adolescence a été victime d’abus sexuels de son oncle l’ancien évêque de Bruges, lors d’une confrontation qui avait lieu en présence du cardinal Godfried Danneels (photo principale). Les enregistrements ont entretemps été remis à la justice. Les quotidiens concluent que le cardinal et ancien primat de Belgique souhaitait garder le secret sur l’affaire de pédophilie au sein de l’Eglise.

Le 8 avril dernier, une confrontation avait lieu entre l’évêque de Bruges Roger Vangheluwe et son neveu qui, entre l’âge de 5 et 18 ans, a été victime d’abus sexuels de son oncle. A cette confrontation assistaient des membres de la famille de la victime et le cardinal Godfried Danneels. Le neveu, qui est aujourd’hui âgé de 42 ans, y réclamait la démission de son oncle. Il a également réalisé un enregistrement de la confrontation, dans le but d’en posséder une preuve, si cela se révélait un jour nécessaire.

Entretemps, ces enregistrements ont été remis à la justice et les quotidiens De Standaard et Het Nieuwsblad en publient ce samedi de larges extraits. Selon les journaux flamands, la victime a donné son accord à la publication du contenu des entretiens, dans le but de prouver qu’il n’a jamais réclamé de l’argent de son oncle en échange de son silence, mais qu’il n’avait demandé que sa démission.

La transcription de la confrontation révèle que le cardinal Danneels a pris une part active à la discussion et a parlé bien davantage à la victime que ce qu’il avait prétendu lors d’une conférence de presse le 24 avril dernier. L’ancien primat de Belgique avait alors affirmé que l’objectif de sa présence à la confrontation était qu’il puisse écouter.

« Je n’ai jamais entrepris quoi que ce soit pour étouffer l’affaire ou couvrir du manteau du secret », avait déclaré Godfried Danneels lors de cette conférence de presse qui faisait suite à la démission de l’évêque Vangheluwe (photo) et aux révélations des abus sexuels dont il s’était rendu coupable.

Selon les journaux, les enregistrements révèlent également que Danneels a montré peu de compassion pour la victime et qu’il était avant tout préoccupé par l’image de l’Eglise et de l’évêque Vangheluwe. Il tenta ainsi de convaincre la victime de garder l’affaire secrète jusqu’à la pension de son oncle, qui devait survenir un an plus tard. Il suggéra aussi au neveu de se contenter d’une demande de pardon de son oncle pédophile.

Les enregistrements sont aujourd’hui aux mains de la justice. Reste à voir si sur base de ces documents une procédure judiciaire pourrait être entamée à l’encontre du cardinal Danneels.

"Dommage que la conversation soit publiée"

Par la voix de son porte-parole Toon Osaer, le cardinal Danneels (photo) regrette que la conversation confidentielle qu’il avait eue le 8 avril dernier soit rendue publique dans des journaux. « Le cardinal n’a jamais essayé d’étouffer l’affaire », répète son porte-parole.

Toon Osaer affirme qu’il s’agissait d’une première confrontation et qu’il y avait espoir qu’elle obtienne une suite.

Quant à l’avocate de la victime, Christine Mussche, elle affirme que son client n’a pas l’intention de faire du chantage vis-à-vis de Roger Vangheluwe, son oncle. « Mon client voulait posséder une preuve ultime de sa discussion avec le supérieur hiérarchique. Et il voulait aussi une reconnaissance des faits vis-à-vis de sa famille ».