La reine Astrid mourait il y a 75 ans

Le roi Albert II assistait ce dimanche à Küssnacht, sur les bords du lac des Quatre Cantons en Suisse, à un service religieux célébré à la mémoire de sa mère, la reine Astrid, qui décéda il y a exactement 75 ans dans un tragique accident de voiture. Elle n’avait pas encore 30 ans. Une cérémonie religieuse avait déjà eu lieu en Belgique, à Rochefort, samedi en présence du souverain.

Le 29 août 1935, le roi Léopold III perdait le contrôle de la voiture qu’il conduisait à Küssnacht, sur les bords du lac des Quatre Cantons en Suisse. Le véhicule royal s’écrasa en contrebas de la route.

La reine Astrid, qui était assise aux côtés de son époux et attendait leur quatrième enfant, fut éjectée de la voiture et jetée contre un arbre. Elle succomba dans les bras du roi, grièvement blessée à la tête. Sa mort tragique et inattendue plongea toute la Belgique dans la tristesse.

Septante-cinq ans plus tard, les Belges n’ont toujours pas oublié leur belle reine suédoise. Ce samedi, une cérémonie religieuse était célébrée à sa mémoire dans la chapelle qui porte son nom à Briquemont (Rochefort), en présence de son fils le roi Albert II (photo).

Ce dimanche, le souverain belge s’était rendu en Suisse pour assister à une cérémonie religieuse à Küssnacht, à la mémoire d’Astrid de Belgique. Albert II a déposé une couronne de fleurs à l’endroit précis de l’accident, avant de rencontrer les autorités locales et les responsables chargés de l’entretien de la chapelle érigée à la mémoire de la 4e reine des Belges.

Astrid de Suède, charme et simplicité

Fille de la princesse Ingeborg et du prince Carl de Suède - le frère cadet du roi Gustave V -, Astrid naquit à Stockholm le 17 novembre 1905.

Elle rencontrait le futur Léopold III, alors duc de Brabant, au printemps 1926. Le coup de foudre fut immédiat et mutuel, et le mariage était célébré en novembre de la même année. De cette union naquirent trois enfants : Joséphine-Charlotte (1927-2005), Baudouin (1930-1993) et Albert (1934).

La princesse Astrid séduisit d'emblée la population belge par son charme et sa simplicité, mais aussi grâce à son intérêt et son action en faveur des plus démunis frappés de plein fouet par la crise dans les années 1930.

Sa mort aussi tragique qu'inattendue, alors qu’elle n'avait régné que deux étés, la fit entrer dans la légende et plongea la Belgique dans une profonde tristesse. A l’époque, le pays se remettait à peine du décès du roi Albert Ier, un an et demi plus tôt, à Marche-les-Dames.

Le remariage du roi Léopold III en pleine guerre avec Lilian Baels, la fille du gouverneur de Flandre Occidentale, renforça encore le mythe de celle qui reste la reine préférée des Belges.