Di Rupo: "un accord est à portée de la main"

Elio Di Rupo a appelé les sept partenaires en négociation à trouver un compromis équilibré faute de quoi l’aventure et le chaos politique menaceront la Belgique.

Elio Di Rupo, à qui le Roi a demandé dimanche soir de poursuivre sa mission de préformation, a rappelé qu'une des tâches qui lui avait été assignées par le roi était de rétablir la confiance. "Si la confiance signifie imposer unilatéralement ses vues, alors on entre dans le champ de l'impossible. Si par contre la confiance signifie la recherche d'un accord équilibré, alors nous restons dans le champ du possible", a-t-il dit à ce propos.

"J’espère que la raison l’emportera"a déclaré Elio Di Rupo lors de sa conférence de presse, tenue ce lundi midi. "Nous avons la possibilité de construire la Belgique du 21ème siècle"

"Un accord est à portée de main, si tous les partis autour de la table de négociation sont raisonnables dans leurs revendications et acceptent de faire des concessions" a poursuivi le préformateur.

Elio Di Rupo a clairement mis la pression sur les N-VA et le CD&V qui ont refusé de céder aux dernières exigeances francophones.

"Les partis qui refuseraient un compromis équilibré conduisent le pays à l’aventure et au chaos politique, je ne crois pas que ce soit le mandat que leurs ont donné leurs électeurs  le 13 juin".

"Je vais m’engager à trouver avec les sept partis des réponses dans les plus courts délais. Je vais surtout tenter de rétablir la confiance".

Il a rappelé que ni la N-VA ni le PS, malgré leur victoire électorale, ne peuvent, seuls ou ensemble, imposer leur vue aux autres partenaires.

Il a également rappelé que la N-VA a dit vouloir plus de garanties pour la mise en oeuvre d'une révision de la loi de financement et que le CD&V a souligné qu'il était nécessaire d'approfondir l'accord sur la révision de la loi de financement et qu'il fallait déterminer comment trouver les 25 milliards d'euros nécessaires pour l'assainir les finances publiques.

"L'assainissement des finances publiques est certes important mais si nous nous préoccupons depuis deux mois d'institutionnel, c'est parce que certains partis ont dit qu'il fallait d'abord un accord sur les dossiers communautaires et sur Bruxelles-Hal-Vilvorde" a dit Elio Di Rupo.

Quant à la réforme de la loi de financement, il a dit plaider pour que le groupe d'experts prévu dans l'accord de principe commence le plus rapidement possible son travail et qu'il élabore des modèles qui pourront être soumis au Bureau du plan.

Ce dernier vérifiera, par des simulations, leurs conséquences pour toutes les entités du pays.

Elio Di Rupo a aussi rappelé que le CD&V avec les autres partis flamands membres du gouvernement bruxellois avait approuvé la nécessité de refinancement de la Région bruxelloise.

Elio Di Rupo a encore annoncé qu'il rencontrera cet après-midi les partenaires sociaux conformément à ce que lui a demandé dimanche le roi Albert II