Les Diables s’inclinent contre l’Allemagne

Le vent nouveau qui doit porter les Diables Rouges au tour final de l'Euro-2012 de football en Ukraine et en Pologne n'a pas fait plier l'Allemagne. Celle-ci s'était déplacée à Bruxelles pour remporter une 11e victoire consécutive au détriment de la Belgique, vendredi soir au Stade Roi Baudouin.

Le sélectionneur allemand Joachim Löw se méfiait de ce déplacement bruxellois, estimant les Belges mieux préparés physiquement que ses propres joueurs dont certains n'avaient repris l'entraînement qu'il y a à peine un mois.

Le début de match lui a donné raison. La jeune équipe belge a entamé la partie avec beaucoup d'envie se créant notamment une belle occasion sur un tir du jeune Romelu Lukaku dès la 7e minute.

A l'image de Bastian Schweinsteiger, souvent pris de vitesse, les Allemands ont effectivement souffert sur le plan physique durant les 45 premières minutes, laissant aux Belges les plus belles occasions, surtout un superbe tir de Moussa Dembelé détourné difficilement par Manuel Neuer (38).

Mais, bien que toujours privée de son capitaine Michael Ballack, la Mannschaft avait pour elle une plus grande maîtrise collective, davantage d'automatismes que son opposant. Et elle fut surtout plus efficace en deuxième période, une fois les Belges essoufflés.

La Belgique, qui n'avait plus battu l'Allemagne depuis 56 ans, n'a pas amélioré ces statistiques: à la 51e minute, une boulette de Daniel Van Buyten --le Belge du Bayern Munich a trop tardé à relancer--, a permis à Klose (photo) de trouver la faille (0-1).

Devant 42.000 spectateurs, dont 10.000 Allemands, les Diables Rouges ont bien tenté de revenir au score mais leur jeu trop précipité a peu mis en difficulté un Neuer finalement bien soutenu par sa défense.

A quatre jours d'un match face à l'Azerbaïdjan, la Nationalmannschaft, vice-championne d'Europe 2008 et 3e du Mondial-2010, peut envisager sereinement un six sur six. La Belgique qui elle se déplace mardi en Turquie, aura déjà beaucoup à perdre à Istanbul.