Pieters et Flahaut doivent déminer le terrain

Le roi a reçu en audience samedi soir au château de Laeken les présidents de la Chambre et du Sénat André Flahaut (PS) et Danny Pieters (N-VA) et les a chargés d'une mission de médiation pour relancer les négociations en vue de la formation du gouvernement.

Albert II a par ailleurs accepté la demande d’Elio Di Rupo d’être déchargé de sa mission de préformateur.

Selon un communiqué du palais, la mission de médiation est nécessaire pour préserver le bien-être économique et social des citoyen et pour réformer durablement nos institutions.

Les deux présidents doivent désormais tenter de rétablir la confiance et relancer les négociations en vue de la formation d’une coalition gouvernementale.

L’arrivée d’André Flahaut et de Danny Pieters au palais a causé quelques surprises puisque l’on s’attendait à ce que le roi conclue ses entretiens de la journée avec le président de la N-VA, Bart De Wever, qu’il a reçu juste avant les deux hommes.

Les présidents de la Chambre et du Sénat n’ont pas fait de commentaires à la suite de leur désignation en tant que médiateurs.

De Wever et Di Rupo saluent cette désignation

Le président de la N-VA Bart De Wever a salué l'initiative du Palais de confier une mission de médiation aux présidents de la Chambre et du Sénat.

"Après la désillusion des derniers jours, nous devons retrouver un esprit de travail constructif et rechercher des solutions. Dramatiser les problèmes que nous connaissons actuellement n'aidera personne, il faut avant tout prendre ses responsabilités", souligne M. De Wever.

La N-VA appelle tous les partis à donner toute leur chance à MM. Flahaut et Pieters de réaliser leur mission de médiation en toute discrétion et de mener celle-ci à bien.

L'ex-préformateur et président du PS Elio Di Rupo a également salué la désignation des deux médiateurs. Après quelques jours de réflexion, leur mission devrait permettre d'y voir plus clair sur les réelles intentions des uns et des autres, estime M. Di Rupo.

Il espère également que le travail des deux présidents d'assemblée permettra également de restaurer le minimum de confiance nécessaire pour rétablir un dialogue constructif et aboutir à un compromis équilibré.