Les Belges croient en l’UE pour sortir de la crise

De tous les ressortissants européens, les Belges sont ceux qui croient le plus en la capacité de l’Union européenne à combattre la crise économique et financière. C’est ce qui ressort du dernier Eurobaromètre en date, dont les résultats viennent d’être rendus publics par la Commission européenne.

Quelque 35% des Belges interrogés dans le cadre de l’enquête menée pour l’Eurobaromètre estiment que l’Union européenne est la mieux placée pour prendre des mesures efficaces pour combattre la crise économique et financière.

Pour comparaison : en République tchèque, seuls 13% des citoyens estiment que l’Union européenne est la mieux capable de lutter contre la crise, alors qu’au Royaume Uni seuls 9% de la population font confiance à l’Union dans ce contexte. Alors que les Tchèques estiment que le G20 peut au mieux lutter contre la crise, les Britanniques font encore davantage confiance à leur propre gouvernement.

Les Belges sont également les plus convaincus de tous les Européens qu’une surveillance exercée au niveau européen sur les activités des plus importants groupes financiers internationaux sera efficace pour combattre la crise financière.

C’est avant tout en Belgique, en Slovaquie, à Chypre, en Grèce et en Allemagne que le plaidoyer est le plus grand pour mettre en place davantage de coordination entre les 27 Etats membres afin de lutter contre la crise. Le principe de la nécessité d’une plus grande coordination entre les pays membres de l’Union en matière de politique économique et fiscale reçoit également le plus grand soutien dans ces 5 pays, ainsi qu’aux Pays-Bas.

D’autre part, quelque 82% des Belges interrogés sont convaincus que des mesures doivent être prises d’urgence pour réduire la dette publique et que ces mesures ne peuvent pas être postposées.

L’enquête pour l’Eurobaromètre a été menée du 5 au 28 mai 2010 dans les 27 Etats membres de l’Union, ainsi que dans les pays candidats à l’adhésion que sont la Croatie, la Macédoine et la Turquie, mais aussi en Islande et en République turque de Chypre du Nord.

Au total, 30.715 personnes ont été sondées, dont 1.013 Belges. L’enquête a été menée par le bureau d’étude TNS Dimarso à la demande de la Commission européenne.