Quelque 300 bracelets électroniques inutilisés

Quelque 300 bracelets électroniques ne peuvent actuellement être utilisés en raison d’un manque de personnel au sein des maisons de justice. Selon le quotidien De Morgen, les listes d’attente pour une surveillance électronique augmenteraient de manière démesurée.

Actuellement, le personnel des maisons du justice peut électroniquement surveiller 1.200 détenus, mais le matériel existe pour 1.500 personnes. "Nous avons déjà amélioré notre Organisation afin de faire plus avec moins, mais nous faisons face à d’importantes listes d’attente, surtout dans les grandes villes", explique Annie Devos, directrice-générale des maisons de justice.

Un important arriéré judiciaire existerait également pour les sanctions alternatives, telles que la probation ou encore les travaux d’intérêt général, notamment parce que ces dernières sont de plus en plus souvent prononcées par des juges.

Selon les maisons de justice, le nombre de compétences et de missions a davantage augmenté que l’effectif du personnel. Elles demandent ainsi une main d’œuvre supplémentaire.