“J’aurais dû encourager la démission”

Près de 5 mois après que l’ancien évêque de Bruges, Roger Vangheluwe, ait reconnu s’être rendu coupable pendant des années d’abus sexuels envers son neveu et ait démissionné, le cardinal Godfried Danneels admet pour la première fois avoir fait des erreurs de jugement dans cette affaire. L’ancien primat de Belgique a accordé une interview au magazine Knack et aux quotidiens Het Laatste Nieuws et La Libre Belgique.

« Il ne se passe pas une minute sans que je pense à la tragédie qu’a vécue la victime », affirmait lors de l’interview accordée aux médias le cardinal Godfried Danneels. L’ancien primat de Belgique reconnait que l’ancien évêque de Bruges, Roger Vangheluwe, lui avait téléphoné au début du mois d’avril dernier pour lui annoncer qu’il « avait abusé pendant de longues années d’un membre de sa famille ».

Danneels admet pour la première fois avoir fait une erreur de jugement en ne réclamant pas immédiatement la démission de l’évêque. « Je soupçonnais qu’il y avait un différend au sein de cette famille et j’ai pensé pouvoir approcher la situation de façon pastorale. Mais je comprends maintenant que j’aurais immédiatement dû encourager Vangheluwe à démissionner ».

Le cardinal maintient qu’il n’a jamais eu l’intention de nuire ni d’étouffer cette affaire par le biais de sa médiation pastorale.

Godfried Danneels affirme avoir le sentiment d’avoir été piégé par Roger Vangheluwe (photo) lorsqu’il lui a demandé de s’entretenir avec la victime et la famille de cette dernière. « Jusqu’à aujourd’hui, je me sens pris au piège. Appelez cela de la naïveté ». Le cardinal regrette aussi de ne pas avoir au préalable pris le temps d’écouter davantage le récit de la victime.

L’ancien primat de Belgique affirme ne pas avoir réclamé la démission de Roger Vangheluwe « parce que j’étais avant tout à la recherche d’une réconciliation au sein de cette famille. Je pensais, à tord, que la famille voulait maintenir l’affaire confidentielle, comme elle l’avait déjà fait pendant 24 ans ».

L’Eglise minée par les affaires de pédophilie ?

Depuis la rencontre à Bruges avec la victime et sa famille, le cardinal n’a plus eu de contact avec Roger Vangheluwe. « Ce qu’il espérait atteindre avec cette rencontre, je peux seulement le deviner. Mais je préfère prendre sur moi en admettant que j’aurais pu faire plus », a ajouté Danneels.

Et le cardinal d’ajouter qu’il n’a réalisé que récemment l’ampleur du problème des abus sexuels d’enfants dans le cadre de relations pastorales. « Je n’ai réalisé que c’était un si grand problème qu’au moment où les premières affaires ont été rendues publiques aux Etats-Unis, aux Pays-Bas et en Allemagne ».

« La société n’a compris que tard à quel point les abus sexuels blessent irrémédiablement les enfants. Il est vrai que par le passé on a trop tenté de contrôler les dégâts ». Godfried Danneels reconnait que les scandales de pédophilie ont nuit « énormément « à l’Eglise.