Moins de voitures et plus de transports à Bruxelles

Le gouvernement Picqué est tombé d'accord hier sur le plan Iris 2 des déplacements. Celui-ci prévoit notamment la construction d’une ligne de nouvelle ligne de métro. L’objectif global est de réduire le trafic automobile de 20% d’ici 2018.

La mouture initiale du plan Iris 2, déposée par le secrétaire d’Etat à la mobilité Bruno De Lille, a été sensiblement adaptée pour satisfaire aux demandes des différentes composantes de la majorité.

Sous réserve des modalités de financement de l'opération, la plan prévoit la construction d'une ligne de métro vers Schaerbeek, d'ici 2018. L'extension vers Uccle n'est abordée qu'en termes d'études.

Selon une source proche du gouvernement, l'objectif global consiste à réduire le trafic automobile de 20% d'ici 2018, en passant par un objectif intermédiaire de 6 à 10% d'ici 2015.

Le Plan Iris est un plan stratégique reprenant les principales orientations de la mobilité en Région-capitale. La présente mouture vise l'horizon 2015-2020.

Hormis l'extension du métro sur l'axe nord-sud, Iris 2 confie au Plan Régional de Développement Durable le soin de plancher sur la possibilité de développer le métro sur l'axe de la Moyenne ceinture.

Le plan donne aussi le feu vert de la Région pour une réduction de 16% des emplacements de stationnement en voirie pour autant que celle-ci soit compensée par autant d'emplacements hors voirie.

L'option du péage urbain sera étudiée d'ici la fin de la législature. Dans leur texte final, les ministres bruxellois ont marqué leur accord de principe à la tarification intelligente au kilomètre, mais pas avant que le RER ne constitue une offre alternative crédible. Les piétons et les cyclistes n'y sont pas oubliés.