Kim Clijsters remporte son 3e US Open

Kim Clijsters a écrit à New York le 3ème épisode de l’histoire qui porte son nom. Notre compatriote a remporté avec une impressionnante autorité la finale de l'US Open dans la nuit de samedi à dimanche face à la Russe Vera Zvonareva sur le score de 6-2 et 6-1.

Kim Clijsters, numéro 3 mondiale, s'est imposée en 2 sets - 6-2, 6-1 et 60 minutes de jeu à peine, face à Zvonareva, 8e joueuse du monde pour réussir le hat-trick (3 victoires) sur le sol américain.

Après ses victoires en 2005 et 2009, la Limbourgeoise aligne en effet une série de trois US Open d'affilée et 21 victoires consécutives à l'US Open, tenant compte de ses impasses à l'US Open en 2006, 2007 et 2008 pour cause de blessure ou maternité.

Kim Clijsters a affiché une impressionnante maîtrise et a copieusement dominé son adversaire.

Une nette supériorité qui se traduisait au marquoir par le gain du service de la Moscovite dans le 6e jeu (4-2).

La Limbourgeoise enfonçait le clou pour clôturer, déjà, le premier set 6 jeux à 2 en 27 minutes sans être le moins du monde inquiétée.

Vera Zvonareva, 26 ans depuis mardi dernier, perdait son premier set de la quinzaine américaine.

Pour sa deuxième finale en Grand Chelem (après Wimbledon en juin dernier écartant au passage en quarts de finale Kim Clijsters), la Russe devait en perdre un second.

Passant à côté de son sujet, elle devait laisser filer Kim Clijsters d'entrée de seconde manche. Clijsters réussissait le break dès le premier jeu de service de Zvonareva pour mener 2-0.

Notre compatriote filait même à 3-0 pour son 7e jeu d'affilée. Telle une bête blessée, Zvonareva donnait tout ce qu'elle avait dans la raquette, mais cela ne l'autorisait qu'à revenir à 3-1 et inquiéter Clijsters sur le jeu suivant. L'ex-numéro 1 mondiale asseyait en effet encore un peu plus sa domination pour filer, à la vitesse de l'éclair, vers un nouveau triomphe: 6-1 en 1 heure juste de jeu.

Come back retentissant

C'est le 3e titre du Grand Chelem pour Kim Clijsters - qui sera 5-ème mondiale lundi - après ses succès à l'US Open déjà en 2005 et 2009, l'an dernier donc. C'est la 10e victoire d'une joueuse belge dans un tournoi du Grand Chelem après les sept trophées de Justine Henin (Open d'Australie en 2004, Roland Garros en 2003, 2005, 2006 et 2007, US Open en 2003 et 2007). Kim Clijsters, 26 ans, remporte le 39ème tournois WTA de sa carrière.

Sa victoire de l'an dernier à l'US Open avait déjà signifié l'un des 'come back' les plus retentissants de l'histoire du sport.

C'était la première fois depuis Evonne Goolagong Cawley à Wimbledon en 1980 qu'une maman remportait un tournoi du Grand Chelem.

Jamais en outre, une joueuse bénéficiaire d'une invitation (ce qui était le cas de Clijsters à l'US Open l'an dernier), n'avait réussi à gagner un tournoi du Grand Chelem.

Mieux: jamais une joueuse hors du top 10 n'avait alors accroché l'US Open à son palmarès.

Kim Clijsters, 27 ans, avait quitté la scène mondiale le 6 mai 2007 alors qu'elle occupait la 4-ème place au classement WTA pour revenir au milieu de l'année dernier. Cette saison, elle avait déjà remporté trois tournois, à Brisbane, Miami et Cincinnati avant de triompher dimanche, encore, à l'US Open, son tournoi fétiche. (VRT et Belga)

"New York est un endroit spécial pour moi"

"Ce fut un fantastique match et un superbe tournoi encore", a-t-elle lâché après avoir, très émue, embrassé ses proches dans les tribunes. "New York est un endroit très spécial pour moi. La quinzaine a été dure, les conditions n'ont pas toujours été faciles, avec le vent notamment. Mais j'espère que vous avez pris du plaisir."

Faisant référence aussi aux événements du 11 septembre 2001 à New York, il y a 9 ans, célébrés samedi dans toute l'Amérique, "le monde a changé il y a neuf ans", rajoutait Clijsters. "Je suis très honoré d'avoir pu jouer devant vous aujourd'hui et j'espère avoir pu vous donner un peu de joie. C'était une incroyable année pour moi encore. J'étais venue pour défendre mon titre, et cela a marché."

"Il m'a fallu 6 ou 7 finales avant d'en gagner une, donc je sais que c'est difficile pour Vera. Elle doit continuer de la sorte", rendant encore hommage à son adversaire.