La Belgique a détruit ses armes à sous-munitions

La Belgique a totalement détruit son stock d'armes à sous-munitions, conformément au traité adopté à Oslo en décembre 2008 et interdisant ce type d'engins à partir d'août, dans le prolongement d'une loi votée par le parlement. L’information a été confirmée par le ministre sortant de la Défense, Pieter De Crem.

"La destruction des armes à sous-munitions est achevée depuis hier", a indiqué M. De Crem lors d'une rencontre avec des journalistes pour marquer ses 1.000 jours passés, depuis décembre 2007, à la tête de ce département.

L’armée belge disposait encore de 115.210 obus à sous-munitions, de type 155mm ICM, pour ses obusiers M-109, ce qui représentait 10.138.480 sous-munitions ("cluster bombs"). Ils ont été détruits et rendus inutilisables par la société italienne Esplodenti Sabino, a précisé le ministre.

La Belgique devient ainsi un des premiers Etats Parties à avoir rempli son obligation de destruction telle que prévue par la Convention d'Oslo sur l'interdiction des sous-munitions et ceci, bien endéans le délai de huit ans prévu par la convention qui est entrée en vigueur le 1er août dernier.

La Belgique pionnière

Notre pays a joué un rôle de pionnier dans l'interdiction des bombes à sous-munitions en adoptant la loi du 18 mai 2006, portant sur l'interdiction des sous-munitions et prévoyant la destruction des stocks encore détenus par l'armée belge dans un délai de trois ans.

La loi belge a entre-temps été universalisée par une convention internationale adoptée en décembre 2008 à Oslo et qui interdit l'emploi, la production, le stockage et le transfert de cette catégorie d'armes. Depuis le 1er août dernier, les dispositions de ce traité sont devenues contraignantes pour trente Etats. Huit autres pays l'ont ratifié.

La Belgique s'est aussi engagée à cofinancer un projet visant à dresser une carte de la dissémination des armes à sous-munitions au Laos, un des pays les plus touchés lors la guerre du Vietnam, entre 1964 en 1975, par des bombardements américains massifs.