Nouveau clash entre le PS et la N-VA

La N-VA n’a pas apprécié un article paru sur le site internet du quotidien Le Soir, faisant état de la très grande irritation du PS qui reproche au parti de Bart De Wever de communiquer tout autre chose que ce qui a été décidé lors de la réunion entre les deux partis, mercredi.

La nouvelle tentative de négociation entre les deux partis vainqueurs des élections législatives n’aura même pas duré 24 heures avant qu’un nouvel incident n’intervienne.

Rapportant le point de vue d'experts, on estimait mercredi de source proche des négociateurs N-VA que la discussion sur la loi de financement pouvait s'organiser dans un délai approximatif de quatre semaines. Mais au PS, on indique qu'Elio Di Rupo et Bart De Wever s'étaient entendus sur un délai de 6 à 8 semaines.

Par ailleurs, le PS reproche aux nationalistes flamands d'avoir parlé d'ultimatum, ce qui est contraire aux engagements pris.

De son côté, le parti de Bart De Wever a exprimé son étonnement face aux propos tenus dans cet article. "Que la nouvelle loi de financement soit adoptée en 4, 6 ou 8 semaines n’est pas essentiel pour la N-VA", indique un communiqué. "La N-VA n’a jamais parlé d’un ultimatum. Nous avons toutefois indiqué vouloir faire un bilan de la situation lundi prochain afin de voir si nous pouvons continuer à travailler".

Bart De Wever a par ailleurs fait savoir qu’il était temps que les francophones disent clairement s'ils sont prêts à sortir du "fédéralisme de l'argent de poche et à évoluer vers une culture de responsabilité financière".

"Les chamailleries doivent cesser"

Les chamailleries entre les différents partis autour de la table en vue de la constitution d'une coalition gouvernementale doivent absolument cesser, a déclaré le président du CD&V Wouter Beke, avant de s'entretenir avec les deux médiateurs royaux.

Pour lui, la confiance doit être rétablie d'urgence, et il faut en revenir au plus vite à la discrétion. "Chacun sait que la N-VA et le PS sont appelés à former le prochain gouvernement", a-t-il dit.

De son côté, la présidente du cdH, Joëlle Milquet, a appelé à la "discrétion radicale" et au "respect de la parole donnée" dans les discussions institutionnelles en cours en vue de la formation du futur gouvernement. Joëlle Milquet croit encore possible la conclusion d'un accord sur les enjeux institutionnels.

Les médiateurs chez le roi cet après-midi

Les deux médiateurs chargés par le roi de renouer le dialogue en vue d’un accord institutionnel, André Flahaut et Danny Pieters, se sont rendus cet après-midi au palais pour faire un rapport intermédiaire au chef de l’Etat.

Les présidents d'assemblée ont indiqué dans un communiqué qu'ils poursuivront lundi prochain, comme convenu, le travail avec un entretien entre Bart De Wever et Elio Di Rupo afin d'examiner s'il est possible de passer à une nouvelle phase de négociation.

Le président du Sénat et le président de la Chambre ont invité tous leurs interlocuteurs et leurs partis à travailler dans la plus grande discrétion. Ils font un appel à tous, y compris, aux médias à prendre leurs responsabilités.