L’impasse politique coûte cher à l’Etat

Si la Belgique a réussi à placer avec succès lundi 2,3 milliards d'euros d'obligations, le taux moyen des obligations (OLO) à dix ans est toutefois repassé au-dessus des 3%, à 3,137%, sur fond de crise politique dans notre pays, rapporte mardi L'Echo.

A la suite de cette opération, l'écart de rendement entre les obligations belges à 10 ans et leurs homologues allemandes ("spreadé"), référence sur le marché obligataire européen, atteint 84 points de base. Le "spread", malgré une légère détente, reste donc toujours proche de son plus haut de l'année à 105 points de base.

Les coûts de financement de la Belgique ont en effet augmenté à un rythme très soutenu depuis le 3 septembre dernier et l'échec de la mission de préformation d'un gouvernement.

"La Belgique devient quasi périphérique, avec son niveau d'endettement. Elle n'est actuellement pas en mesure de réduire son déficit via des mesures d'austérité", estime dans L'Echo un gestionnaire de fonds d'investissement d'Ignis Asset Management.

Avec les 2,3 milliards d'euros récoltés lundi, la Belgique se rapproche néanmoins de son objectif d'émission pour 2010. Depuis le premier janvier, l'agence de la dette a levé 34,897 milliards d'euros en obligations, soit 94% de son objectif, récemment relevé de 33,75 à 37 milliards d'euros.