Deux candidats à la reprise d’Opel Anvers

Alors que la date limite imposée par General Motors pour trouver un repreneur de l’usine Opel à Anvers arrive à échéance ce jeudi soir, le patron d’Opel Nick Reilly indiquait ce mercredi en marge du Salon de l’auto à Paris qu’il reste deux candidats pour la reprise de la fabrique anversoise.

Ce mercredi, le ministre-président flamand (photo) indiquait qu’un constructeur automobile chinois et un investisseur américain du secteur automobile se sont montrés intéressés à une éventuelle reprise de l’usine Opel d’Anvers.

Depuis le Salon de l’auto à Paris, le patron d’Opel, Nick Reilly, confirmait qu’il y avait effectivement deux candidats possibles à la reprise.

Selon Reilly, de grands efforts ont été fournis ces derniers mois pour attirer des investisseurs vers l’usine anversoise. Sans reprise effective de l’implantation belge, l’usine devra fermer ses portes au 31 décembre 2010. Les 1.200 travailleurs y perdraient alors leur emploi.

Alors que le délai fixé par General Motors pour trouver un candidat repreneur expire ce jeudi soir, Kris Peeters a affirmé qu’il attendait une réponse de GM, sur une éventuelle reprise, lundi 4 octobre prochain, lors de la réunion du groupe de travail international Opel.

BELGA/VERGULT