On implante trop de pacemakers en Belgique

Après l’Allemagne, la Belgique présente le plus haut taux d’implantation de stimulateurs cardiaques en Europe de l’ouest, soit 25% de plus que la moyenne. C’est ce qu’indique le Centre fédéral d’expertise des soins de santé. Les chercheurs ne voient pas d’explication immédiate à ce taux plus élevé.

Avec 11 cas d’implantation d’un stimulateur cardiaque par 10.000 habitants, la Belgique est après l’Allemagne le pays d’Europe de l’ouest où le taux de placement de pacemakers est le plus élevé.

En 2007, l’assurance maladie a remboursé près de 11.000 pacemakers, à hauteur d’environ 5.200 euros par patient. C’est 25% de plus que la moyenne d’Europe de l’ouest. Les chercheurs du Centre fédéral d’expertise des soins de santé (KCE) ne voient cependant aucune justification de ces divergences liée à l’âge ou à des pathologies.

Les stimulateurs sont implantés depuis les années 1970 dans les cas de bradycardie, c’est-à-dire un rythme cardiaque trop lent, où le cœur peut parfois battre à moins de 20 pulsations à la minute. Ce cas ne représente cependant que 25% des implantations actuelles.

Selon les chercheurs du KCE, les stimulateurs seraient aujourd’hui utilisés dans des cas de bradycardies avec des symptômes moins graves, comme des vertiges ou étourdissements, mais aussi dans des cas où aucune preuve scientifique n’a été apportée.

Ils conseillent donc que le remboursement de ces implantations soit lié à une preuve scientifique de la nécessité et l’efficacité du traitement. L’Institut national d’assurance maladie-invalidité (Inami) a d’ailleurs l’intention d’obliger l’enregistrement des implantations de pacemakers dans sa base de données électronique prévue pour 2011.