Bruxelles accueille le 8e sommet de l’ASEM

La capitale belge sera ces lundi et mardi le théâtre du forum biennal regroupant les dirigeants de 46 pays européens et asiatiques, lesquels représentent ensemble la moitié du produit intérieur brut mondial, mais aussi 58% de la population terrestre et 60% du commerce international. Cet événement majeur de la présidence belge à l’Union européenne verra les discussions porter notamment sur des questions de gouvernance économique et financière.

Organisé par la Belgique, qui assume jusqu’à fin décembre la présidence tournante à l’Union, ce sommet sera présidé par le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy (photo, à g.). La réunion débute ce lundi à 14h30 pour s’achever mardi en fin d’après-midi. Quatre sessions de travail sont prévues au Palais royal de Bruxelles, dont les ors ont été spécialement rafraîchis pour l’occasion. Une réception organisée par le roi Albert II est d’ailleurs prévue avec tous les hôtes, mardi au Palais royal.

La Belgique sera représentée par le Premier ministre démissionnaire Yves Leterme (photo, à dr.), la France par le président Nicolas Sarkozy, l’Allemagne par la chancelière Angela Merkel et l’Espagne par son Premier ministre Zapatero. On notera aussi la présence du Premier ministre chinois Wen Jibao et de son homologue japonais Naoto Ka, ainsi que du président sud-coréen Lee Myung-Bak et du sultan Haji Hassanal Bolkiah Mu’izzaddin Waddaulah du Brunei.

Nombre d’autres pays dépêchent à Bruxelles leur chef d’Etat ou de gouvernement, tandis que l’Indonésie, le Pakistan, les Philippines et le Myanmar (Birmanie) envoient leur ministre des Affaires Etrangères.

Le ministre belge des Affaires Etrangères démissionnaire, Steven Vanackere (CD&V), estime que ce sommet est d’une grande importance pour l’Europe. « Deux continents qui représentent ensemble plus de la moitié de la croissance économique : cela signifie qu’ils sont des partenaires cruciaux ». L’Asie est devenue ces dernières années le plus important partenaire commercial de l’Union européenne et a mieux supporté la crise économique que l’Union. Cette dernière a donc tout intérêt à entretenir de bonnes relations avec les Asiatiques.

Questions économiques et financières

Programmé dans le contexte de crise économique et à un mois de la réunion du G-20 en Corée du Sud, ce 8e sommet de l’ASEM sera largement dominé par les questions de gouvernance économique et financière, comme notamment le taux de change du yuan que les Européens considèrent de longue date comme artificiellement sous-évalué pour soutenir les exportations chinoises.

Mais d‘autres thèmes seront également abordés, comme la modernisation du Fonds Monétaire International, l’accès aux marchés, les droits de propriété intellectuelle, la prolifération nucléaire (en Iran et Corée du Nord), l’aide humanitaire, la piraterie en mer, le terrorisme, les droits de l’Homme ou la lutte contre les changements climatiques (un point sur lequel Européens et Asiatiques divergent sensiblement).

D’autres contacts sont planifiés en marge de l’événement, comme des rencontres interparlementaires, un « business forum » réunissant des chefs d’entreprises européens et asiatiques, ainsi qu’un forum citoyen.

Bruxelles sous haute surveillance

Selon la police de Bruxelles, le sommet de l’ASEM représente un défi en matière de sécurité pour la capitale belge. Cette dernière n’aurait en effet jamais accueilli de réunion avec autant de dirigeants du monde entier. L’effectif policier mobilisé a donc été doublé par rapport à celui des traditionnels sommets européens à Bruxelles.

Les rues aux alentours du Palais royal de Bruxelles sont interdites depuis ce dimanche à la circulation et au stationnement, et cela jusqu’à ce mardi. Ceci affecte la circulation au centre de la ville.

Un sommet instauré il y a 14 ans

Créé en 1996, l’Asia-Europe Meeting (ASEM) regroupe actuellement les 27 pays de l’Union européenne, les 10 membres de l’Association des nations du Sud-Est asiatique (Asean), ainsi que la Chine, le Japon, la Corée du Sud, l’Inde, le Pakistan et la Mongolie.

Le sommet de Bruxelles sera l’occasion pour ce forum d’accueillir formellement trois nouveaux membres : la Russie, l’Australie et la Nouvelle-Zélande.

Ces dernières années, l’Europe et l’Asie ont noué d’étroits liens économiques, essentiellement à l’avantage de l’Europe. Les partenaires de l’ASEM représentent en effet aujourd’hui 45% des importations de l’Union, mais seulement 29% de ses exportations.

Au premier semestre de cette année, la Belgique a exporté pour 12,2 milliards d’euros vers les pays asiatiques, mais a importé pendant la même période pour un peu plus de 18 milliards d’euros de ces pays.