Opel Anvers fermera irrémédiablement

L’usine anversoise du constructeur automobile Opel fermera vraisemblablement ses portes cette année encore. Selon le syndicat chrétien CSC, aucun des repreneurs potentiels de la fabrique qui s’était porté candidat ne satisferait aux exigences de General Motors. Le patron de GM avait indiqué jeudi dernier être encore en négociation avec deux candidats. L’annonce d’une fermeture probable a été confirmée à la VRT par deux sources indépendantes.

Mercredi dernier, le ministre-président flamand Kris Peeters (CD&V) avait indiqué qu’un constructeur automobile chinois et un investisseur américain du secteur automobile se sont montrés intéressés à une éventuelle reprise de l’usine Opel d’Anvers. Depuis le Salon de l’auto à Paris, le patron d’Opel, Nick Reilly, confirmait qu’il y avait effectivement deux candidats possibles à la reprise, avec lesquels General Motors négociait encore.

Selon Reilly, de grands efforts ont été fournis ces derniers mois pour attirer des investisseurs vers l’usine anversoise. Sans reprise effective de l’implantation belge, l’usine devra fermer ses portes au 31 décembre 2010. Les 1.200 travailleurs y perdraient alors leur emploi.

Alors que le délai fixé par General Motors pour trouver un candidat repreneur expirait le 30 septembre, Kris Peeters avait affirmé qu’il attendait une réponse de GM, sur une éventuelle reprise, ce lundi 4 octobre, lors de la réunion du groupe de travail international Opel.

Ce lundi, le syndicat chrétien ACV-CSC Metea annonçait cependant qu’aucun des candidats potentiels à la reprise de l’usine anversoise ne satisfait finalement aux conditions fixées par General Motors. La fabrique devrait donc fermer irrémédiablement ses portes à la fin de l’année.

L’information a d’ailleurs été confirmée, par deux sources indépendantes, à la rédaction de la radiotélévision publique flamande VRT.

Le syndicat chrétien souhaite maintenant que soit immédiatement entamée une recherche de repreneurs hors du secteur automobile, alors que le syndicat socialiste tente encore de trouver des intéressés au sein du secteur automobile.

Le ministre-président Kris Peeters devait réunir ce lundi, vers 17h00, le groupe de travail sur Opel Anvers, au sein duquel siègent les syndicats, l’organisation patronale Agoria, l’administration flamande, les cabinets fédéraux concernés, ainsi que les ministres flamands Ingrid Lieten et Philippe Muyters.