Ryanair veut traîner Belgocontrol en justice

La compagnie aérienne Ryanair a annoncé son intention d'intenter une action en justice contre Belgocontrol, l'entreprise publique en charge de la sécurité de la navigation aérienne en Belgique, à la suite de la grève spontanée qui a perturbé le ciel belge mardi dernier.

Selon Ryanair, cette grève spontanée lui a fait annuler 90 vols et a touché 15.000 de ses passagers. Au total, l’action des aiguilleurs du ciel lui aurait coûté plus d’un million d’euros.

Dénonçant une grève "illégale", la compagnie a ainsi annoncé son intention d'intenter une action en justice contre Belgocontrol. "Nous envisageons également d'intenter une action contre la trentaine de contrôleurs aériens qui seraient à l'origine de cette grève, sans le soutien de leur syndicat", a indiqué le directeur juridique de Ryanair, Juliusz Komorek.

L'action sera menée devant la justice belge et serait intentée dans les trois mois, le temps pour Ryanair de constituer son dossier.

"La Commission européenne doit faire quelque chose et veiller à ce que le ciel européen reste ouvert", a pour sa martelé le directeur de la compagnie, Michael O'Leary (photo).

Le bouillonnant patron de Ryanair a fustigé les récentes grèves survenues en Belgique, Espagne et France, alors que, dans le même temps, les compagnies aériennes européennes se voient légalement obligées d'indemniser leurs passagers. Il a appelé la Commission européenne à réformer le secteur du contrôle aérien, en y interdisant notamment le droit de grève.