Accord européen sur le péage pour les camions

Les ministres des Transports de l’Union ont conclu un accord de principe, à Luxembourg, pour intégrer aussi les nuisances sonores et la pollution dans le calcul des redevances de péages qui sont imposées aux camions sur les autoroutes européennes. Le Secrétaire d’Etat belge Etienne Schouppe (CD&V) a vu son compromis de révision de la directive Eurovignette approuvé par une majorité des 26 autres ministres.

"Sur base des observations et des commentaires, j’en conclus qu’il y a une majorité qualifiée en faveur du texte" de compromis qu’il a présenté aux ministres des Transports de l’Union, s’est félicité ce vendredi à Luxembourg le Secrétaire d’Etat à la Mobilité Etienne Schouppe (CD&V), président en exercice du conseil.

Paralysé depuis presque deux ans, en raison de divergences de points de vue entre les Etats membres, le dossier de la révision de la directive Eurovignette figurait parmi les priorités du gouvernement belge pour ses 6 mois de présidence de l’Union.

L’accord de ce vendredi a cependant pu être obtenu sur base de concessions, qui diluent les ambitions de départ du projet visant à appliquer le principe du pollueur-payeur au secteur du transport routier de marchandises.

A l’heure actuelle, il existe différents systèmes de péage pour les camions en Europe. Alors qu’en Allemagne (photo), par exemple, les chauffeurs paient par kilomètre parcouru, en Belgique - tout comme aux Pays-Bas, au Luxembourg, au Danemark et en Suède - il existe une redevance autoroutière forfaitaire (aussi appelée Eurovignette).

Pour l’instant les redevances de péages appliquées aux camions de plus de 3,5 tonnes ne peuvent être calculées qu’en fonction des seuls frais de construction et d’entretien des infrastructures routières, ce qui représente un coût moyen de 15 à 25 centimes d’euro par kilomètre et par camion.

Le nouveau texte permettra d’augmenter les redevances de 3 à 4 centimes, en tenant compte des nuisances sonores et de la pollution de l’air provoquées par les poids lourds. Ceci devrait encourager l’usage de modes de transport moins polluants. Le compromis belge prévoit une série d’exemptions pour les camions les moins polluants, ce qui permet aux Etats qui le veulent de dispenser les camions de 3,5 à 12 tonnes.

L’accord conclu par les 27 à Luxembourg passera maintenant pour une seconde lecture devant le Parlement européen. Il faudra attendre un accord entre les ministres des Transports et le Parlement pour que la révision de la directive entre en vigueur.