Une plainte contre Monseigneur Léonard

Une plainte a été déposée au Centre pour l’égalité des chances et la lutte contre le racisme à l’encontre du primat de Belgique pour ses déclarations controversées sur la Sida qui sont reprises dans un livre d’entretiens réalisé par deux journalistes, qui vient de paraître en version néerlandaise. André-Joseph Léonard y estime que "le Sida est une sorte de justice". Au cours d’une conférence de presse, il a précisé ce vendredi que ses propos concernaient uniquement les relations sexuelles.

La présentation de la version néerlandaise du livre « Monseigneur Léonard. Entretiens » (paru en français il y a 4 ans aux éditions Mols) a fait des remous ce jeudi. Dans les conversations qu’il a eues avec les journalistes Dominique Minten et Louis Mahoux, l’archevêque de Malines-Bruxelles ne mâche en effet pas ses mots.

Il affirme ainsi, notamment, que l’homosexualité est une forme de sexualité mal comprise et que "le Sida est une forme de justice immanente".

Depuis ce jeudi, les réactions indignées - provenant notamment de plusieurs personnalités politiques, dont des membres du parti démocrate-chrétien - à ces propos se sont accumulées. Ce vendredi, le Centre pour l’égalité des chances et la lutte contre le racisme (CECLR) a reçu une plainte à l’encontre de Monseigneur Léonard émanant de Jean-Marie De Meester, un avocat originaire d’Oostkamp.

Ce dernier avait déjà introduit une plainte à l’encontre de l’archevêque Léonard, lorsqu’il avait comparé l’homosexualité à l’anorexie. Cette plainte avait cependant été classée sans suite.

"La liberté d’opinion est une valeur importante, mais nous constatons aussi que l’archevêque continue à réitérer ses déclarations", affirme De Meester. "La notion d’incitation à la haine doit, selon moi, être interprétée dans son sens large. Les déclarations répétées de l’archevêque à propos des homosexuels peuvent inciter certaines personnes à s’insurger contre leur propre sexualité. Je rappelle notamment le nombre plus important de suicides au sein de la jeune population d’homosexuels".

"J'ai été mal compris"

Monseigneur Léonard donnait une conférence de presse ce vendredi après-midi, pour réagir à la critique qu’ont soulevée ses déclarations.

L’archevêque y précisait que ses propos "ne concernent pas les transmissions sanguines ou de mère à enfant, mais uniquement les relations sexuelles". Selon le primat de Belgique, la contamination HIV est "une conséquence" logique de "pratiques risquées". Le Sida "n'est pas une punition de Dieu, mais une conséquence logique de contacts sexuels avec différents partenaires".

"Je n’ai pas voulu choquer, mais simplement souligner le respect pour tout être humain". André-Joseph Léonard affirme aussi avoir beaucoup de sympathie pour les patients qui sont séropositifs ou qui souffrent du Sida, et ne vouloir émettre aucun jugement.