La balle est à nouveau dans le camp du roi

Le roi Albert II doit entame sa cinquième série de consultations après le rejet par les trois partis francophones impliqués dans la formation d'un gouvernement fédéral de la note de l'ex-clarificateur Bart De Wever, en recevant les présidents des deux partis écologistes.

Le président de la N-VA, qui avait été chargé d'une mission de "clarification" par le souverain, y a mis fin lundi soir en rendant son rapport - qu'il avait rendu public dès dimanche - préconisant une profonde réforme de l'Etat fédéral en augmentant fortement l'autonomie des Régions.

Son texte a été immédiatement rejeté par les trois partis francophones avec lesquels il a négocié, en vain, depuis les élections législatives du 13 juin, la formation d'un nouveau gouvernement.

Hier, le roi a déchargé Bart De Wever de sa fonction. Ce mardi, il reçoit en audience le président d’Ecolo, Jean-Michel Javaux (photo) et celui de Groen !, Wouter Van Besien. Les autres présidents de partis devraient suivre à partir de mercredi.

Ces énièmes consultations entamées par le roi visent à faire retomber la tension. Durant cette nouvelle période de refroidissement, le souverain devra décider de la suite des évènements. Il pourrait ainsi puiser dans son dictionnaire et charger une personnalité politique d’une nouvelle mission, ou encore appeler les libéraux à la table des négociations.

De leur côté, les partis négociateurs ont d’ores et déjà fait savoir qu’ils n’étaient pas favorables à de nouvelles élections.