Un charter rapatriera des demandeurs d’asile

D’ici la fin de cette année, la Belgique organisera un vol charter pour rapatrier vers leur pays d’origine des demandeurs d’asile déboutés. C’est ce qu’a indiqué - dans une interview au quotidien De Standaard - le Secrétaire d’Etat démissionnaire à la Politique de migration et d’asile, Melchior Wathelet. Il se rend d’ailleurs ce mercredi dans les Balkans pour tenter une nouvelle fois de dissuader les populations locales à demander l’asile en Belgique.

Il y a six mois, le Secrétaire d’Etat Melchior Wathelet (CDH) et le Premier ministre Yves Leterme (CD&V) s’étaient déjà rendus en Serbie et au Monténégro pour tenter de dissuader les habitants de la région de demander l’asile en Belgique. Les filières d’immigration faisaient en effet miroiter aux candidats à l’asile qu’ils recevraient une aide financière en Belgique, et cela alors que presque toutes les demandes d’asile économique ont été refusées par la Belgique, obligeant les candidats au retour ou à la clandestinité.

Entre le mois de juillet et celui d’août derniers, 736 Kosovars, 387 Serbes et 210 Macédoniens ont demandé l’asile en Belgique. Les autorités belges s’attendent en outre à 500 nouvelles demandes en provenance de cette région au mois d’octobre. Il s’agit essentiellement de populations d’ethnies albanaises et roms, qui espèrent obtenir un asile économique.

Melchior Wathelet (photo) viendra réitérer cette semaine le message du gouvernement belge aux populations de Serbie et de Macédoine. Mercredi et jeudi, le Secrétaire d’Etat prendra aussi des contacts avec le Kosovo.

Il souligne que la première campagne de dissuasion avait eu de l’effet puisque, dès le lendemain de la communication du message, on avait pu constater une diminution du flux en provenance des Balkans. Les autorités locales ont bien collaboré, mais il faut continuer à faire pression sur les responsables des filières d’immigration.

Pour renforcer encore son message, le Secrétaire d’Etat a annoncé qu’un vol charter sera organisé, d’ici la fin de l’année et depuis la Belgique, pour rapatrier vers leur pays d’origine des demandeurs d’asile déboutés. "Ces dernières années, notre pays a déjà mis plusieurs fois des candidats déboutés sur des vols organisés par d’autres pays membres de l’Union. S’il existe un accord avec le pays d’origine, il est plus efficace de transporter les candidats déboutés en groupe", conclut Wathelet.