Pas de séjour de décompression à Chypre

"Les militaires revenant de mission dans le nord de l'Afghanistan à la fin du mois ne séjourneront pas à Chypre pour décompresser durant trois jours avant de rentrer en Belgique", a annoncé le ministre de la Défense, Pieter De Crem (CD&V).

Il y a quelques mois, une information était parue indiquant que des militaires belges de retour de mission en Afghanistan allaient d’abord séjourner quelques jours dans un hôtel cinq étoiles à Chypre pour y décompresser avant de rentrer chez eux.

Finalement, ce voyage ne se fera pas. "L’idée était bonne, mais pas son élaboration" a affirmé, jeudi, Pieter De Crem, lors du programme matinal "De ochtend" sur Radio 1.

"Il est certainement nécessaire que les militaires puissent décompresser pendant une courte période avant de rentrer chez eux. La mission qu’ils mènent en Afghanistan n’est en rien de la routine et exige une concentration et une vigilance permanentes. Nous nous sommes rendu compte que le retour sur le lieu de travail pouvait se passer difficilement à cause de son côté abrupte. Des pays étrangers organisent ce genre de voyage de décompression mais j’estimais que chez nous le dossier n’était pas encore assez mûr", a déclaré Pieter De Crem.

Le ministre a expliqué que, selon lui, "ce séjour à Chypre aurait pu nuire à l’image des militaires, voire de la Défense".

"Les moyens actuels sont suffisants en Belgique"

"Les moyens actuels, en matière d'assistance psychologique lors d'une telle mission ou à son issue, sont suffisants en Belgique", a encore estimé Pieter De Crem.

Le ministre a expliqué que "cette période de décompression allait se dérouler dans les casernes avec l’aide des conseillers en opérationnalité mentale, qui accompagnent certains détachements en opération, "en première ligne", et avec le Centre de santé mentale de l'hôpital militaire Reine Astrid de Neder-over-Heembeek, qui dispose d'une équipe pluri-disciplinaire", en deuxième ligne".