Tourisme: Bourgeois dément tout favoritisme

La Cour des comptes a émis des critiques vis-à-vis de la politique d’octroi de subsides du ministre flamand du Tourisme Geert Bourgeois (N-VA). Ce dernier reconnaît que le règlement relatif à l’octroi de subsides peut être amélioré mais dément toute forme de favoritisme.

Selon la Cour des comptes les critères d’octroi de subsides ne sont pas clairs.

Par ailleurs, le ministre Bourgeois aurait plusieurs fois approuvé une dizaine de subsides, sans motivation, et contre l'avis de l'administration.

Ce fut notamment le cas pour l’office de tourisme de Flandre occidentale Westtoer et pour l’aéroport d’Ostende.

"Le jugement de la Cour des comptes est sans appel, estime le député flamand Peter Reekmans (LijstDeDecker).

"Une réglementation formelle pour l'attribution des subsides à des événements et aux villes d'arts, ainsi que des objectifs mesurables semblent faire défaut. Les initiatives subsidiées sont trop peu évaluées, et il n'y a pas de méthode standard. Il semble également exister une culture de contacts directs avec le cabinet du ministre du Tourisme, qui nie complètement l'administration", résume le député flamand. 

Selon le rapport de la Cour des comptes, le ministre Bourgeois a approuvé une dizaine de subsides, sans motivation, et contre l'avis de l'administration.

Et dans deux cas, le ministre aurait augmenté la somme du subside proposé, allant jusqu'à la doubler, constate la Cour des comptes.

Geert Bourgeois réagit en soulignant qu'en tant que ministre, il n'est pas tenu de suivre l'avis de son administration. Décider sur base "de mon choix politique et de ma responsabilité" n'est pas une irrégularité, estime-t-il.