Roche sacrifie 23 emplois à Anderlecht

Le groupe pharmaceutique va supprimer 4.800 postes dans le monde, au cours de ses deux prochaines années. En Belgique, Roche possède une implantation à Vilvorde, qui sera épargnée par le plan d’économies, et une autre dans la commune bruxelloise d’Anderlecht. Cette dernière verra disparaître 23 de ses 170 emplois.

Depuis son siège en Suisse, le géant pharmaceutique Roche a annoncé ce mercredi son intention de supprimer, au cours des deux prochaines années, 4.800 emplois dans le monde - soit 6% de son personnel total. Le groupe souhaite ainsi réaliser une économie annuelle de 1,8 milliards d’euros.

Roche emploie actuellement 79.000 personnes dans le monde, dont 310 en Belgique. En septembre, le groupe avait annoncé des mesures de restructuration.

La division Pharma est la première concernée par les économies, et en particulier son réseau de vente et sa production. D’autre part, 800 postes seront transférés sur d’autres sites et 700 postes seront externalisés. Roche affirme vouloir tout faire pour trouver des "solutions socialement responsables pour les collaborateurs concernés".

Deux implantations en Belgique

Roche est représenté en Belgique via deux divisions constituées en sociétés indépendantes. Roche Diagnostics Belgium, implanté à Vilvorde, emploie 140 personnes, tandis que la division pharmaceutique Roche d’Anderlecht compte 170 personnes.

Les syndicats ont confirmé ce mercredi après-midi que 23 emplois seront supprimés à l’implantation d’Anderlecht. Il s’agirait autant de managers que d’employés de la section des "généralistes". Le personnel de la division bruxelloise sera ainsi réduit, progressivement, de plus de 10% de ses effectifs.

Selon les syndicats, la direction de Roche n’aurait pas l’intention de mettre sur pied un plan de restructuration. "Les licenciements auront lieu par tranches, afin de contourner la législation", explique Mieke Vanattenhoven du syndicat chrétien. "Il va de soi que nous ne pouvons accepter cette situation". Il n’est pas encore clair comment les syndicats réagiront concrètement à l’annonce des licenciements à Anderlecht.

L’implantation de Vilvorde serait par contre épargnée par les projets de restructuration du groupe pharmaceutique.