Vallée de la Dendre : la situation stabilisée

Les inondations en Flandre ont maintenant dépassé leur point culminant. Dans la vallée de la Dendre, le niveau de l’eau reste encore élevé, mais les eaux se retirent lentement. Des mesures de sécurité sont encore en place, mais le plan catastrophe provincial a été levé ce mercredi matin en Flandre orientale.

C’est vers 10h00 que le plan catastrophe provincial pour la Flandre orientale a été levé, a précisé Luc Bauwens de la Direction générale de la Sécurité civile. Dans le courant de la matinée, les localités de Denderleeuw, Ninove, Termonde et Alost ont également levé leur plan catastrophe communal.

Les pompiers et la Protection civile ont pompé l’eau pendant toute la nuit dans les communes de Ninove et Denderleeuw, ce qui a permis au niveau de l’eau de baisser nettement. A Alost, les pompiers ont arrêté la pompe préventive ce mercredi matin.

La situation n’est cependant pas encore revenue partout à la normale. Certaines rues ont encore les pieds dans l’eau, ce qui rend la circulation locale très difficile. A Alost, des mesures préventives sont encore d’application.

Une liste pour répertorier les dégâts

Dès ce mercredi - soit trois jours après la fin des chutes de pluie -, le ministère de l’Intérieur diffusera une liste reprenant les points importants que les citoyens touchés par les inondations doivent observer pour établir un dossier de demande d’indemnisation des dégâts des eaux auprès de leur compagnie d’assurance.

Entretemps, la ministre de l’Intérieur Annemie Turtelboom (Open VLD, photo) tente de faire reconnaître les inondations de ces derniers jours comme une catastrophe naturelle nationale.

Ceci permettrait à chaque province d’avoir un point de contact auquel la population peut s’adresser pour bénéficier d’une indemnisation du Fonds des calamités.

Pour rappel, depuis le 1er mars 2007 toutes les polices d'assurance habitation (incendies, risques simples) couvrent obligatoirement la plupart des catastrophes naturelles. Ce n'est que dans des cas exceptionnels que le Fonds des calamités continue d'intervenir, et cela uniquement si le fait dommageable a été reconnu comme calamité publique.