Année record pour les demandes d’asile ?

Le nombre de demandes d’asile introduites en Belgique devrait dépasser les 20.000 pour 2010. C’est un record pour les dix dernières années, indique le Commissariat général aux réfugiés et apatrides. Entretemps, le personnel de Fedasil dénonce une trop grande pression de travail et arrête ses activités pendant une heure.

Fin octobre dernier, près de 16.000 personnes avaient déjà introduit une demande d’asile en Belgique cette année. Depuis le début du mois de novembre - soit pendant les 8 jours durant lesquels les instances chargées de l’enregistrement des demandes d’asile ont été ouvertes ce mois-ci -, quelque 1.010 nouvelles candidatures ont été enregistrées.

Ces chiffres ne concernent que les personnes qui ont introduit une demande à l’Office des étrangers. Les demandes déposées à l’aéroport international de Zaventem n’ont pas encore été prises en compte. Il est donc probable que le nombre total de demandes introduites cette année en Belgique dépasse les 20.000. Pareil chiffre n’avait plus été atteint depuis 2001.

En 2006 et 2007, quelque 11.000 personnes avaient demandé l’asile en Belgique. En 2009, le nombre de demandes était passé à 17.000.

Entretemps, le problème de l’accueil des demandeurs d’asile ne fait que s’alourdir. Les listes d’attente pour obtenir une place dans un centre d’accueil ou un hôtel s’allongent de jour en jour. Ces derniers jours, Fedasil - l’agence fédérale chargée de l’accueil des demandeurs d’asile - n’a pas trouvé de place pour 200 d’entre eux.

Le gouvernement a promis que des nouvelles places d’accueil seraient aménagées rapidement, notamment dans des anciennes casernes militaires. Mais les lits ne seront pas disponibles avant décembre, et il est fort probable que ces places supplémentaires ne suffiront pas non plus à couvrir la demande.

Fedasil interrompt le travail

Le personnel de Fedasil dénonce la trop grande pression de travail et le manque d’effectifs en son sein. Ce jeudi, le personnel a annoncé qu’il suspendra son travail pendant une heure, en signe de protestation.

Les syndicats réclament notamment de meilleures conditions de travail et de nouveaux collaborateurs. "On se concerte sur de petites choses, mais on ne veut pas parler du statut, des conditions de travail et de l’amélioration des carrières du personnel", indiquait Yvan Vandecasteele du syndicat socialiste.

"Nous n’avons pas l’intention de rendre les choses encore plus difficiles pour les personnes qui vivent déjà dans des conditions très rudes sur cette terre, mais c’est devenu une nécessité. Si nous ne protestons pas et si nous ne sommes pas entendus, les demandeurs d’asile connaîtront dès janvier des circonstances bien plus difficiles encore", précise Vandecasteele.

Le personnel de Fedasil a annoncé une grève de 24 heures pour la semaine prochaine.