Une des plus hautes pressions fiscales d’Europe

La pression fiscale pour les entreprises établies en Belgique récolte de mauvais points dans une comparaison internationale. Dans l’étude « Paying taxes 2011 » menée par la Banque mondiale et la société d’audit PriceWaterhouseCoopers (PwC), et publiée ce jeudi, la politique fiscale belge pour les entreprises figure au 151e rang mondial et à la 24e place des 27 pays membres de l’Union.

Dans la comparaison internationale des politiques fiscales réalisée par la Banque mondiale et la société d’audit PwC, la Belgique enregistre cette année un recul d’une place par rapport au rapport de 2009.

Selon Frank Dierkcx de PriceWaterhouseCoopers, "la Belgique n’a rien fait depuis l’étude de l’an dernier pour rendre son climat fiscal plus attrayant pour les entreprises. Résultat, nous avons encore reculé sur l’échelle mondiale, alors que nous étions déjà en queue de peloton. Au Portugal, par exemple, l’impôt sur les sociétés a été réduit, alors qu’aux Pays-Bas des mesures ont également été prises".

La pression fiscale pour les entreprises en Belgique s’élève à 57%, contre une moyenne de presque 48% au niveau mondial et de plus de 44% en Europe. Parmi les 27 membres de l’Union, le Luxembourg a la pression fiscale la plus basse (21,1%) et l’Italie la plus haute (65,8%), suivie par la France.

"L’impôt sur les sociétés est très élevé en Belgique, mais ce sont avant tout les taxes sur les salaires qui augmentent la pression fiscale belge", conclut Frank Dierkcx.