L’évadé du Bruges réitère au Maroc

C’est aujourd’hui que devait démarrer au Maroc le procès de Ashraf Sekkaki. Ce jeune Belge d’origine marocaine âgé de 25 ans s’était échappé de la prison de Bruges l’été dernier. Il avait été arrêté au Maroc deux semaines plus tard. Lundi, le détenu était à nouveau parvenu a brièvement s’évader. Selon certains sources, il aurait rapidement été intercepté, même si d’autres sources démentent cette information.

Le 23 juillet 2009, Ashraf Sekkaki et deux autres détenus s’évadent spectaculairement en hélicoptère de la prison de Bruges. Deux semaines plus tard, il est arrêté au Maroc où il se trouve depuis incarcéré. Son procès démarre aujourd’hui. Sekkaki comparaît dans son pays d’origine car il possède également la nationalité marocaine.

L’homme, également appelé le fou de l’évasion, est considéré comme l’un des plus grands criminels de notre pays. Le Malinois a régulièrement séjourné en prison depuis l’âge de 15 ans, pour une série d’attaques à main armée et carjackings notamment - soit un total de 16 faits criminels perpétrés avec violence.

En 2003, il parvint déjà à s’échapper de la prison de Turnhout, avec un complice. Ce n’est qu’après avoir commis de nouvelles attaques à main armée qu’il fut repris par les forces de l’ordre. Depuis lors, il serait obsédé par l’évasion, à tel point qu’en 2007 il fut même déclaré malade mental et interné dans une institution psychiatrique.

Son procès qui devait démarrer aujourd'hui au Maroc a finalement été reporté au 19 janvier prochain. Aucun avocat n'était en effet présent pour défendre le prévenu, et le juge a estimé que Sekkaki ne pouvait assurer seul sa défense, étant donné la gravité des faits.