Le "Guardian" tire la sonnette d'alarme à propos de la Belgique

Selon le journal, certains signaux montrent que les investisseurs étrangers en obligations considèrent de plus en plus la Belgique comme un pays menacé par une nouvelle crise financière. Parmi les éléments qui suscitent ces craintes, le niveau de la dette mais aussi la crise politique sont évoqués.

"La Belgique doit payer une prime de risque politique parce que le pays n'a toujours pas de gouvernement qui prend des décisions pour réduire les dépenses et la dette, ce que les marchés attendent", a expliqué un analyste financier sous couvert de l'anonymat.

 

Le Guardian évoque certains éléments comme le coût des primes d'assurance contre le risque de non paiement de la Belgique qui a augmenté de 5%: 155.000 livres (183.559 euros) pour assurer 10 millions de livres (11,8 millions d'euros) d'obligations belges. Par comparaison, on relèvera toutefois que le coût des primes d'assurance pour les obligations portugaises s'élève à 510.000 livres.

Démenti catégorique du gouvernement

Le Premier ministre démissionnaire, Yves Leterme (CD&V)  a démenti les affirmations du quotidien britanique et a estimé que la Belgique n'était pas dans le collimateur des marchés internationaux.