Naissance du premier bébé MIV en Flandre

Le premier bébé de Flandre conçu à partir d’une maturation in vitro (MIV) est né à Vilvorde le mois dernier. La maturation in vitro est une méthode alternative à celle mieux connue de la fécondation in vitro (FIV). Elle permet de prélever des ovocytes immatures et d’éviter de lourdes injections d’hormones.

Lors d’une MIV, les ovocytes sont ponctionnés alors qu’ils ne sont pas encore arrivés à maturité. Ils sont mis en culture dans une éprouvette pendant 48 heures puis fécondés et replacés dans l’utérus comme pour les cycles de FIV classiques.

Le principal avantage de cette technique est que la femme n’a pas besoin de prendre des hormones pour la stimulation ovarienne, contrairement aux FIV. De nombreux effets indésirables sont ainsi évités.

L’hôpital universitaire UZ Brussel a été le premier établissement belge à introduire la technique MIV en janvier dernier. Depuis, 46 femmes ont été traitées, et 12 d’entre elles sont tombées enceintes. Les chances de réussite d’aboutir à une grossesse sont toutefois moins grandes : 15 à 20% pour la MIV contre 30 à 40% pour la FIV.

La méthode est adaptée surtout aux jeunes femmes de moins de 35 ans victimes de troubles hormonaux ou qui ont tendance à fabriquer trop d’ovules. La maturation in vitro est appliquée à plus grande échelle dans les pays scandinaves, en Italie, au Canada, ou encore en Australie.